Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Ernest DELUNEarchitecte1889

Styles

Néo-Renaissance flamande

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Extension Sud (Apeb - 2005-2008)

Recherches et rédaction

2005-2006

id

Urban : 16290
voir plus

Description

Ensemble de deux maisons bourgeoises de style néo-Renaissance flamandeLe style Renaissance flamande (XVIe s.) mêle des éléments inspirés de la Renaissance italienne à l’héritage architectural médiéval local. Le style néo-Renaissance flamande (de 1860 à 1914 environ) cherche à ressusciter cette architecture, à la faveur de l’émergence du nationalisme belge. Il se caractérise par des élévations en briques et pierres et des formes caractéristiques (pignons, tourelles, logettes)., édifiées en 1889 par l'architecte Ernest Delune pour deux propriétaires différents.

Élévations à la fois savamment différenciées et jouant sur des formes et des matériaux communs. Façades de deux niveaux sous bâtièreToit à deux versants., chacune marquée par une lucarne-pignonLucarne dont le devant triangulaire évoque un pignon..

Le no 110 présente deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales tandis que le no 112 en compte trois.

Façades de briques, rehaussées de pierre bleue et de décor en carreaux de cimentCarreaux polychromes, réalisés en ciment teint dans la masse, formant un carrelage ou agencés en frise sur une façade.. Balcons à désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon. enserrant une grille en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Ornements particulièrement plastiques et caractéristiques, composés d'ancresPièce métallique apparente ou noyée dans l’enduit de façade, fixée à l’extrémité d’un tirant en fer pour solidariser les murs et les planchers. Il existe des ancres purement décoratives, non reliées à des tirants. saillantes, de pierre bleue en pointes de diamantBossage comptant plusieurs facettes, comme la pointe d’un diamant., d'amortissements sphériques, de coussinetsPierres de taille formant saillie profilée dans l’embrasure de la baie. Ils sont situés au sommet des piédroits et portent un linteau ou un arc., de bossages rustiques, etc.
Portes architecturées en chêne, partiellement ajourées, sous jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie., celui du no 112 traité en oculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale.. LucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. ponctuant les toitures.
Châssis remplacés.

Sources

Archives
AVB/TP 24692, 24693 (1889).

Arbres remarquables à proximité