La rue Franklin est une longue artère prenant son départ au carrefour dénommé Jean Monnet et aboutissant place des Gueux. Elle croise successivement l'avenue Michel-Ange, les rues Le Corrège, Véronèse et Le Titien. La rue Fulton y débute, du côté impair, peu avant la place des Gueux.

L'artère est ouverte suivant le plan d'aménagement du quartier Nord-Est, dessiné par l'architecte Gédéon Bordiau et approuvé par l'arrêté royal du 20.12.1875. À l'instar de ses voisines, la rue apparaît cependant encore en pointillés sur le plan de Bruxelles réalisé par l'Institut cartographique militaire en 1881.

Tout comme bon nombre d'artères du quartier, la rue Franklin porte le nom d'un personnage historique. Adoptée par arrêtés du Collège de la Ville de Bruxelles des 14.04.1877 et 15.05.1877, sa dénomination se réfère à l'illustre personnage américain que fut Benjamin Franklin, homme d'état lié à l'indépendance américaine.

Vue de la rue Franklin depuis la rue Véronèse vers la place des Gueux (Collection C. Dekeyser).

Les maisons de l'artère sont principalement bâties entre 1892 et 1900. Les immeubles occupant le troisième tronçon côté pair, du no 68 au no 88-90, ne sont, elles, conçues qu'entre 1907 et 1910. Leurs parcelles faisaient en effet partie d'un terrain acquis en 1896 par la Ville en vue de l'implantation, sur l'îlot formé par les rues Le Corrège et Véronèse, de l'école no 19. Finalement bâtie entre 1904 et 1907, cette dernière (voir rue Véronèse no 21) ne s'étend pas jusqu'à la rue Franklin, où les parcelles sont donc revendues et bâties. L'une d'elles voit s'élever un exemple précoce d'immeuble à appartements bruxellois, conçu par l'architecte Franz Tilley (voir no 76-80).

Les habitations sont de style éclectique ou d'inspiration néoclassique. L'architecte Jules Barth en conçoit plusieurs (voir nos 18 à 22-24, 31 et 110). L'artère compte également quelques beaux exemples de style néo-Renaissance flamande (voir nos 112 à 120) ainsi qu'une élégante habitation Art nouveau signée Léon Govaerts (voir no 126).

Quelques habitations ouvrières s'insèrent dans la rue : les nos 4 et 10 (1892) ou encore le no 150, conçu en 1894, selon un plan identique à celui de sa voisine (voir no 152) et modifié en 1921.

Rue Franklin 73, à l’angle de la rue Le Corrège, projet des architectes Constant Bosmans et Henri Vandeveld, AVB/TP 11531 (1899-1902).

Les maisons d'angle sont dotées d'un rez-de-chaussée commercial. Les architectes Constant Bosmans et Henri Vandeveld signent le no 73 en 1901, à l'angle de la rue Le Corrège. En 1902, l'architecte Gaspard Devalck dessine les plans de deux immeubles à l'angle de la rue Véronèse, dont seul celui portant le no 30-32 de cette dernière a conservé sa vitrine originelle. Au no 97, le commerce a été modernisé par l'architecte Léonard Draps en 1938, comme en témoigne encore le beau vitrail Art Déco surmontant la porte du magasin.

Phénomène récent lié au développement du quartier européen, le rez-de-chaussée de plusieurs maisons du premier tronçon de la rue a été transformé pour accueillir de l'Horeca.

Contrairement aux artères donnant sur les squares ou l'avenue de Cortenberg, la rue Franklin ne compte que deux constructions de la seconde moitié du XXe siècle : le no 45, à l'angle de l'avenue Michel-Ange, un bâtiment abritant aujourd'hui une maison de repos (architecte Guy Daens, 1978), et le no 156, une habitation de 1992 (architectes John Mooens, Jan Van den Berghen et Serge Bellengé).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 4 : 11496 (1892) ; 10 : 11495 (1892) ; 45 et avenue Michel Ange 54 : 93568 (1976) ; 73 : 11531 (1899-1902) ; 92 et rue Véronèse 30-32, 34 : 11598 (1902) ; 97 : 11536 (1896), 50490 (1938) ; 150 : 11581 (1894), 28230 (1921) ; 156 : 105310 (1992) ;
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1877, t. I, p. 316.
AVB/PP 953 (1875), 956-957 (1879).

Cartes / plans
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1881 (Bibliothèque royale de Belgique, Section Cartes et Plans).