Typologie(s)

maison ou immeuble de rapport
salle des fêtes
théâtre

Intervenant(s)

Jules HUCLINarchitecte1904

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Inventaire du patrimoine contemporain (Urbat - 1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire des sgraffites (GERPM)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Technique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2011-2013

id

Urban : 21387
voir plus

Description

Maison de rapport de style éclectique doublée d'une salle des fêtes en fond de parcelle, érigée pour Auguste Devos et Cyrille Waegemans, architecte Jules Huclin, 1904.

Historique
Dans les années 1905-1912, les salles de spectacle se multiplient à Bruxelles. Le présent ensemble, inauguré en 1905 sous le nom de Théâtre Varia, ne connaîtra toutefois qu'un succès limité en raison de son emplacement éloigné du centre et de l'absence de transports en commun à proximité.
Le théâtre ouvre ses portes le 23.09.1905. Il comprend un café, une grande salle blanche à deux balcons en front de rue et, à l'arrière, une salle disposant d'un millier de places. En 1906, la salle s'ouvre, le temps d'une saison, à l'opéra italien, prenant pour l'occasion le nom de Théâtre Verdi. En 1914, la cour entre le bâtiment à front de rue et la salle de spectacle est couverte. Le nouvel espace ainsi créé est orné d'un plafond stuqué. À partir de 1924, le nouveau propriétaire, qui exploite déjà le cinéma La Cigale, rue Neuve, y organise des projections cinématographiques. Il prend également ses quartiers dans une nouvelle résidence construire à côté du théâtre (voir rue du Sceptre no76).
En 1956, l'ensemble est réaffecté en garage: on y débite de l'essence à front de rue tandis que la grande salle sert d'atelier de réparation automobile.
Dans les années 1980, le complexe est exhumé de l'oubli par trois jeunes metteurs en scène (Marcel Delval, Michel Dezoteux et Philippe Sireuil) et acquis par le Ministère de la Communauté française qui l'affecte à nouveau au théâtre. Les travaux de réaménagement débutent en 1987, sous la direction des architectes Alberto Zaccai et Chantal Dassonville. Ils s'achèvent en 1995 par l'installation d'un ascenseur à décors et l'aménagement d'une servitude de passage vers l'avenue du Maelbeek.

Rue du Sceptre 78, élévation principale, ACI/Urb. 274-78 (1904).

Description
Façade principale de composition symétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition symétrique lorsqu’elle compte trois travées égales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux de hauteur dégressive. La travée axiale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré., de quatre niveaux et trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. Rez-de-chaussée en pierre bleue percé de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. et encadrements moulurés et bagués, légèrement modifiées depuis. Aux étages, élévation en briques blanches rehaussée d'éléments de pierre bleue et briquettesLes briquettes sont des plaques de terre cuite, de faible épaisseur, imitant des briques, appliquées sur une façade pré-existante. Elles ne sont pas, en principe, utilisées pour des constructions neuves, mais plutôt pour des rénovations qui visent à donner l’aspect d’une maçonnerie de briques de parement à une façade existante. vernissées de couleur verte. Au premier, balcon continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. pansuUn garde-corps est dit pansu lorsqu'il se cintre en doucine en élévation. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Aux deuxième et troisième, travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiale marquée d'un balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. identique et sommée d'une lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits. Aux étages, fenêtres rectangulaires sous tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. décoré de sgraffitesTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. à motifs floraux.

La cour entre la maison de rapport et la salle des fêtes est aujourd'hui couverte.

Rue du Sceptre 78, élévation de la salle de théâtre, ACI/Urb. 274-78 (1904).

Longue salle des fêtes d'une hauteur de quatre niveaux couverte d'une toiture en bâtièreToit à deux versants.. En plan, elle compte quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. dans le sens de la largeur, et six travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. dans le sens de la longueur; à l'arrière, une annexe abrite la scène
Façade principale composée de quatre registresAlignement horizontal de baies sur un pignon. et quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. en briques rehaussée d'éléments de pierre bleue. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. sous linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée. et à piédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. harpés de pierre bleue au rez-de-chaussée. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. formant une arcadeBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. monumentale haute de deux niveaux: les baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. latérales sous un demi arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné., les axiales sous un arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. englobant également les baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. du dernier niveau.

Sources

Archives
ACI/Urb. 274-78.

Ouvrages
RENIEU, L., Histoire des théâtres de Bruxelles depuis leur origine jusqu'à ce jour, Culture et Civilisation, Bruxelles, 1974, pp.1030-1031.

Périodiques
HAINAUT, M., «Le Théâtre Varia», Mémoire d'Ixelles, 6, 1982, s.p.