Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Située dans le prolongement de la rue Ernest Laude, l'avenue Ernest Renan relie l'avenue Voltaire à la chaussée de Haecht. Traversée par l'avenue du Suffrage universel, elle se compose d'un premier tronçon rectiligne et d'un second courbe, bâti seulement du côté pair, tandis que l'autre côté borde des terrains de sport et une plaine de jeux, parties intégrantes du parc Josaphat.

Plan dressé en vue de la prolongation de la rue Ernest Laude en jaune, les deux tronçons de l'avenue Renan et le dernier tronçon de la rue Laude, ACS/TP Infrastructure 377.

Large de seize mètres, l'artère constitue une prolongation de la rue Laude, décidée en séances du Conseil communal des 12.06.1912 et 29.01.1913. Lors de cette dernière séance est modifiée la convention du 04.04.1907, conclue entre la Commune et l'État belge, limitant l'urbanisation de la zone autour du parc Josaphat «afin de sauvegarder le panorama vers Bruxelles» depuis le boulevard Lambermont. Les terrains situés du côté pair du tronçon courbe seront vendus par la Commune avec l'obligation d'y bâtir des maisons d'une hauteur égale à celle des immeubles existant sur la chaussée de Haecht, dans le but de masquer la vue de leur façade arrière depuis le boulevard. Le long de ce tronçon est en outre imposée une zone de recul non aedificandi de cinq mètres, réservée à des jardinets. L'alignement de l'avenue Renan n'est toutefois ratifié par arrêté royal que le 15.09.1919.

La dénomination de l'artère rend hommage à Joseph Ernest Renan (Tréguier, 1823 – Paris, 1892), philologue français spécialisé dans les études sémitiques.

Principalement résidentielle, l'avenue se bâtit de 1922 à 1930, de maisons bourgeoises et de rapport, ainsi que de quelques villas à trois façades érigées dans le second tronçon de l'artère. Ces constructions sont quelque fois de style éclectique, plus souvent de styles Art Déco ou Beaux-Arts, parfois teintés de pittoresque. Les maisons du second tronçon forment une enfilade rendue particulièrement cohérente par la présence des jardinets avant (voir nos38 à 68).

En 1932, sont inaugurés les bâtiments de l'Athénée Fernand Blum (voir no10-14), qui occupent la majeure partie du premier tronçon côté pair et ouvrent également sur l'avenue du Suffrage universel et la chaussée de Haecht.

Deux architectes ont à leur actif plusieurs maisons de l'avenue: Émile Henry et J. Vermeersch. Ce dernier dessine notamment les nos23 à 29 de l'avenue et les nos27 à 31 avenue du Suffrage universel (voir ces numéros).

Sources

Archives
ACS/TP Infrastructure 177, 377, 999.

Ouvrages
DEKOSTER, J.-A., Les rues de Schaerbeek, Bruxelles, 1981, p. 94.

Cartes / plans
Plan général de la commune de Schaerbeek 1913 (ACS/TP).

Sites internet
Petites histoires des rues de Schaerbeek