Typologie(s)

maison d’architecte

Intervenant(s)

Paul HAMESSEarchitecte1909

Statut juridique

Classé depuis le 23 octobre 1997

Styles

Sécession viennoise

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Gilles (DMS-DML - 1997-2004)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1997-2004

id

Urban : 5385
voir plus

Description

À l'angle de la r. Antoine Bréart, anc. maison personnelle et bureaux de l'arch. Paul Hamesse, qu'il dessine en 1909. L'arch. y travaillait en association avec ses deux frères, Georges et Léon, ce qu'indique encore une plaque de notoriété en bronze, fixée à dr. de la porte : « Paul Hamesse / & frères / .architectes. ». Le bâtiment, encore fort marqué par la Sécession viennoiseEntre 1897 et 1914 environ, la Sécession viennoise est la tendance autrichienne de l’Art nouveau géométrique., annonce par certains aspects l'Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs..

Élévation en pierre blanche et simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris., comprenant une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. av. Jef Lambeaux, une remarquable travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. plus élevée sur l'angle et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. accompagnées d'un volume limité au r.d.ch. r. Antoine Bréart. SocleMassif surélevant un support ou une statue. en pierre bleue, doublé d'un soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie. de grèsTerre cuite de texture serrée, légèrement vitrifiée, glaçurée ou non. Le grès désigne également une famille de pierres composées de silice. à bossages. EntablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. terminal animé d'une haute friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. cannelée, interrompue par de petites tablesPetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. denticulées, chacune ornée d'un motif d'ovale allongé, doré à l'origine, leitmotiv ornemental de la façade. Corniche en bois moulurée. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. d'origine, aux impostesUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. parfois garnies de vitraux géométriques.

Av. Jef Lambeaux, baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle.. Porte à montants en colonne engagée soutenant par-delà deux modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche., une corniche chantournée. VantailLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. caractéristique, en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. ajouré. De part et d'autre, deux petites baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. oblongues. À l'étage, monumental trumeauPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. dans l'axe, marqué par une tablePetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. en retrait animée d'une large lésèneLes lésènes sont des jambes saillantes en répétition sur un mur, réunies par un arc ou par une frise d’arceaux. Ce couronnement d’arc ou d’arceaux distingue la lésène du pilastre. frappée d'un cartoucheDécor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale. millésimé « MCMX », entre deux petits arceaux. De part et d'autre, deux fenêtres hautes et très étroites. Brisis percé, sur sa g., d'une petite lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. en bois coiffée d'une corniche cintrée.

Travée biaise présentant à chaque niveau, une solution d'angle différente. Au r.d.ch., angle d'équerre, sur lequel sont percées deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. séparées par une colonne renflée. Les deux étages sont traités en oriel de plan cintré, flanqué de deux pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. reposant sur des consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. en gradins. Au dern. niveau, l'oriel sert d'assiseRang d’éléments de même hauteur posés de niveau dans une maçonnerie. L’assise désigne également la plate-forme d’un balcon ou d'une logette, portée d’ordinaire par des consoles et sur laquelle repose le garde-corps. à une terrasse à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. ouvragé, devançant partiellement l'imposante lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à trois pans du niveau en toiture, traité en tourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. et percée de trois baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect.

Avenue Jef Lambeaux 25, <a href='/fr/glossary/183' class='info'>élévations<span>Dessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades.</span></a>, ACSG/Urb. 204 (1909).

R. Antoine Bréart, deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de trois niveaux. Les baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. sont en rect. massé ou en rect. couché, sous linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. doublé d'un cordonCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition., à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc. rentrantes, desquelles pendent au 1er étage des guirlandes de fleurs stylisées. AppuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. à becPetite bouche par laquelle s’évacuent les eaux pluviales. Le terme désigne également un motif décoratif qui évoque un bec. au r.d.ch. 1re travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. en encorbellementUne partie d'élévation est dite en encorbellement lorsqu'elle s’avance en surplomb. à l'étage, flanquée de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. colossaux et terminée par une importante lucarne-pignonLucarne dont le devant triangulaire évoque un pignon. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle., à encadrement mouluré en gorge terminé en volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc. géométrisées. En son milieu, une petite fenêtre en demi-lune. La partie dr. de la façade est limitée à un r.d.ch. percé de deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement.. Son toit plat forme terrasse clôturée par un parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. en maçonnerie, trois fois ajouré de créneaux à seuilsPièce horizontale inférieure de l'encadrement d'une porte. profilés, clos d'élégantes grilles en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. Porte de garage à dr.
Côté terrasse, façade latérale percée de simples baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect.

L'intérieur a partiellement conservé son décor et son mobilier d'origine, utilisant le vocabulaire ornemental propre à l'architecte : ovales oblongs, rosettes stylisées inspirées de l'École de Glasgow, ovesOrnement ovoïde sculpté de manière répétitive sur les moulurations. L’ove est symétrique, contrairement au godron., incrustations de cuivre,… Le vestibule est couvert d'une voûte en berceau à faux caissons ; ses murs sont animés de guirlandes de houx et de tablesPetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. rect. ; son sol est en granitoMatériau composé de mortier et de pierres colorées concassées présentant, après polissage, l’aspect d’un granit.. Cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier. aux parois décorées de deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. cintrées, garnies de verre américain, à motif de fruits. Le 1er étage se compose de trois pièces en enfilade, dont deux présentent un mobilier fixe en bois d'essences différentes. Le bureau est orné de bibliothèques encastrées et d'un petit salon en alcôve inscrite dans un encadrement typique. Les séparations entre les trois pièces laissent apparaître des peintures murales typiques de l'œuvre des frères Hamesse, certaines au pochoirPlaque ajourée de motifs sur laquelle on passe une brosse ou un pinceau pour peindre des décors répétitifs..

Classement 23.10.1997.

Sources

Archives
ACSG/Urb. 204 (1909).
AAM/Fonds Paul Hamesse.

Ouvrages
BURNIAT, P., PUTTEMANS, P., VANDENBREEDEN, J., L'Architecture moderne à Bruxelles, éd. de l'Octogone, Bruxelles et Louvain-la-Neuve, 2000, p. 169.
DE PANGE, I., SCHAACK, C., 400 façades étonnantes à Bruxelles, éd. Aparté, Bruxelles, 2003, p. 68.
Monument et sites protégés, Région de Bruxelles-Capitale, Mardaga, Bruxelles, 1999 p. 113.

Sites internet
Bruxelles, ville d'architectes - Paul Hamesse

Arbres remarquables à proximité