Typologie(s)

maison d’habitation
atelier (artisanat)

Intervenant(s)

Charles GRYSONarchitecte1935

Styles

Modernisme
Paquebot

Inventaire(s)

  • Inventaire de l'architecture industrielle (AAM - 1980-1982)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Anderlecht-Cureghem (Archistory - 2017-2019)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Scientifique
  • Social
  • Technique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016, 2019

id

Urban : 36306
voir plus

Description

À l’angle de la rue de la Clinique, habitation et atelier modernistes d’inspiration PaquebotLe style Paquebot (années 1930) est une esthétique architecturale inspirée de l’architecture navale (fenêtres rondes, balustrade ou balcon arrondi, fluidité des lignes)., architecte Charles Gryson, 1935.

Partageant une façade continue, habitation sur l’angle et atelier vers la rue Jorez, comptant d’un à trois niveaux sous toit plat. Façade en granitoMatériau composé de mortier et de pierres colorées concassées présentant, après polissage, l’aspect d’un granit. lavé, aujourd’hui peinte en blanc. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre bleue. Encadrement des baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. en céramique (également peinte). Fenêtres du rez-de-chaussée aujourd’hui protégées par des grilles d’inspiration postmoderne. Portes piétonnes surmontées d’une tablePetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau.. Huisseries à petits-bois horizontaux, aujourd’hui remplacées excepté la porte de l’atelier et certains châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. arrière.

Habitation comptant une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. vers la rue de la Clinique, une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d’angle sur plan cintré et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. vers la rue Jorez. Façade de ce côté en léger ressaut, excepté aux étages de la seconde travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. Porte piétonne à l’extrémité droite de l’angle, surmontée d’une hampe porte-drapeaux. Première travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. rue Jorez percée aux deux premiers niveaux par une verrière éclairant la cage d’escalier. Porte de garage à la seconde. Second étage limité à ces deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., l’angle occupé par une terrasse-solarium, jadis à pergola vitrée, aujourd’hui à barre tubulaire. Une large porte-fenêtre à deux colonnes ouvre sur la terrasse. Façade arrière de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., celle de droite à baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à deux meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie., celle de l’étage devancée d’un balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage..
À l’intérieur, cage d’escalier ouverte sur un vaste hall presque carré à chaque niveau. À l’origine, salle à manger vers la rue de la Clinique, salon sur l’angle, dont l’arrondi se prolonge en pan de mur cintré contre l’entrée. Cuisine à l’arrière du garage. Au premier étage, trois chambres côté rue, salle de bain et «chambre d’armoires» à l’arrière. Entre cette dernière et la chambre avant côté Jorez, escalier de service menant au second. À ce niveau, trois pièces et le vaste hall, largement ouvert sur la terrasse-solarium.

Rue Jorez 21-23, élévation vers la rue Jorez, ACA/Urb. 27490 (08.10.1935).

De plan rectangulaire, l’atelier se compose d’un corps peu profond de deux niveaux à front de rue et d’un second, de même hauteur mais de moindre largeur, à l’arrière. Au centre, espace de l’atelier divisé en trois parties sous toits de hauteur croissante: un seul niveau pour la partie gauche et deux pour la droite, le second niveau formant galerie ouverte sur la partie centrale, d’une hauteur sous plafond d’un niveau et demi. En façade à rue, porte flanquée de deux fenêtres; convertie en porte de garage, celle de droite a été rétablie. Longue fenêtre en bandeauFenêtre percée sur une grande partie de la largeur de la façade et formant visuellement un bandeau. à l’étage. Atelier éclairé latéralement par des fenêtres en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade.. Toiture de sa partie basse percée d’un lanterneau à l’origine.
À l’intérieur, à l’origine, bureau à gauche, flanqué de l’entrée et d’un escalier. À l’étage, pièces réservées aux «papiers» à gauche, au «brochage» à droite; hall au centre, donnant sur le vide de l’atelier. Corps arrière dévolu aux «linotypes» au rez-de-chaussée, à usage de réserve à l’étage.

Un projet de réaffectation de l’ensemble en centre social et culturel est en cours. Vers la rue de la Clinique, la cour arrière, close d’un muret, doit accueillir contre le mitoyen un immeuble haut et étroit à angle courbe, abritant des studios sociaux (SVM Architect).

Sources

Archives
ACA/Urb. 27490 (08.10.1935).

Ouvrages
CULOT, M. [dir.], Anderlecht 1. Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles, AAM, Bruxelles, 1980, fiche 37.