Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Ernest BLEROTarchitecte1899

G. Ch. VERAARTarchitecte1910

Statut juridique

Classé depuis le 28 avril 1994

Styles

Art nouveau

Inventaire(s)

  • Inventaire du patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Pentagone (1989-1993)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 32795
voir plus

Description

Maison bourgeoise jadis individuelle, de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., construite en 1899 par l’architecte Ernest Blerot.

Élévation à corps simple, à l’origine avec caves hautesSous-sol à demi enterré, surélevant le rez-de-chaussée., trois niveaux et deux travées sous bâtièreToit à deux versants.. Transformation radicale en 1910 par l’architecte G.C. Veraart : cave hauteSous-sol à demi enterré, surélevant le rez-de-chaussée. et rez-de-chaussée élevé convertis en café avec entresol; baie d’imposte de la porte exhaussée et fenêtre abaissée; ajout d’un quatrième niveau. Actuellement façade asymétrique, en pierres bleue et blanche, articulée par des cordonsCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition. profilés. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. de profil caractéristique, surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. ou en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale., dans un encadrement souplement creusé en cavet dans sa partie supérieure. À l’entresol, large baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. et jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. supérieur de la porte conservés; clé de remploi figurant un personnage ailé. Premier étage occupé à gauche par un oriel de plan trapézoïdal en bois, supporté par une consolePièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. en cul-de-lampe à motif floral ; petit balcon en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. en guise de couronnement; à droite, balcon attenant identique. Boiseries et vitraux d’origine. Terminaison originelle avec friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. ouvragée; actuellement corniche sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. de remploi. Devanture transformée.

Sources

Archives
AVB/TP 25318 (1899), 25322 (1910).