Typologie(s)

atelier d'artiste

Intervenant(s)

Médart sr. TYTGATpeintre

Géo PONCHONpeintre de sgraffite

Félix COOSEMANSsculpteur

CHERARTpeintre

Zélia KLERXpeintre

Jozef MIDDELEERpeintre

D. DU JARDINpeintre

F. DETOMBAYpeintre

P. SERVAISsculpteur

J. SCHOONJANSsculpteur

DE SUFFRENpeintre

Statut juridique

Inscrit sur la liste de sauvegarde depuis le 23 octobre 1997

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2007-2009

id

Urban : 19213
voir plus

Description

Atelier d'artiste de style éclectique teinté de néoclassicismeLe style néoclassique (de la fin du XVIIIe siècle à 1914 environ) est un courant architectural mû par un idéal d’ordre et de symétrie, caractérisé par des élévations enduites et blanches, uniformisant l’image de la ville. Le style connaît une grande longévité, évoluant dans ses proportions et son ornementation au cours du temps., conçu pour le sculpteur J. Schoonjans, en 1865.

Jusqu'aux années 1930, il servit d'atelier (transitoire) à divers artistes: les peintres Zélia Klerx, Jozef Middeleer et J. Du Jardin, les décorateurs Géo Ponchon, Chérart, Médart sr. Tytgat et la comtesse de Suffren, et les sculpteurs F. Detombay, F. Coosemans et Paul Servais.

Façade enduite de deux niveaux et quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. cintrées. À gauche, travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. étroite percée de trois fenêtres inégales à clefClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel. et allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. en U. À droite, trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. se répartissent symétriquement: au rez-de-chaussée, large porte flanquée de deux hautes fenêtres, surlignées d'une imposante archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche. continue. À l'étage, haute fenêtre de l'atelier, dotée d'un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. galbé en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion., entre deux fenêtres aveuglesUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre.. Corniche sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console.. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. conservée, notamment une porte ajourée et grillagée, les châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à petits-fers des grandes fenêtres du rez-de-chaussée et les châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. en bois des étages.

Intérieur éclairé par les baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. de la façade avant orientée au nord. Derrière la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'accès, hall donnant vers un escalier arrière, distribuant de petites pièces aux étages. En travées principalesTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., un grand atelier prend place à chaque niveau, organisé en duplex (division plus tardive?). Seul l'espace du premier étage est bien conservé, à l'origine directement coiffé du toit, puis couvert par un plafond.

Inscription sur la liste de sauvegarde 23.10.1997

Sources

Archives
ACI/Urb. 170-15.

Ouvrages
Monuments et sites protégés, Région de Bruxelles-Capitale, Mardaga, 1999, p. 73.
VAN SANTVOORT, L., Het 19de-eeuwse kunstenaarsatelier in Brussel (doctoraal proefschrift, sectie Kunstwetenschappen en Archeologie, VUB), Bruxelles, 1995-1996.