Typologie(s)

villa isolée
dépendances

Intervenant(s)

Adrien BLOMMEarchitecte1928

Adrien BLOMMEarchitecte1929

Statut juridique

Classé depuis le 10 mars 1994

Styles

Art Déco

Inventaire(s)

  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Woluwe-Saint-Pierre (DMS-DML - 2002-2009, 2014)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique

Recherches et rédaction

2005

id

Urban : 17537
voir plus

Description

Ensemble comprenant divers bâtiments, dont une villa et une conciergerie, implantés sur une vaste parcelle adjacente au Palais Stoclet (voir avenue de Tervueren, 279). Villa Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs., conçue par l'architecte Adrien Blomme, 1928. Grande propriété ceinte de grilles insérées entre des piliersSupport vertical de plan carré. de pierre bleue, conçues par le même architecte en 1929.

Conciergerie avec garage et écuries. Bâtiment implanté en U en bordure de l'avenue. Volumes de plan rectangulaire. Corps principal de deux niveaux et de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous toit plat. Corps latéraux d'un seul niveau sous toit plat. Façades crépies. PlintheAssise inférieure d’un soubassement ou soubassement de hauteur particulièrement réduite. en pierre bleue. Corps latéraux rythmés de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. et percés de fenêtres en rectangle couché. Entrée principale flanquée de deux portes. Le bâtiment a été récemment transformé en deux habitations, avec ajout à droite d'une porte (1999). Corniche débordante.

Villa située au centre de la parcelle. Volume rectangulaire et symétrique, de deux niveaux. Toit plat. La façade postérieure (nord-ouest) s'élève sur un étage de plus et compte trois niveaux. Façades crépies. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre bleue.

Avenue de l’Horizon 21-23, Villa Gosset. Façade Sud ([i]Bâtir[/i], 3, 1933, p. 83).

La façade principale trournée vers l'avenue (sud-est) s'organise symétriquement : elle est devancée en son centre d'un avant-corps de plan en demi-cercle, surélevé par un emmarchement. Les deux fenêtres latérales du rez-de-chaussée, à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. sont doublées d'ouvrants en grillage à motifs de losange typiques de l'Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs.. Au deuxième niveau, fenêtres rectangulaires à appuiAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. en pierre bleue.

Façade latérale gauche (sud-ouest) avec emmarchement et porche central hors-œuvre, soutenu par quatre piliersSupport vertical de plan carré. et servant d'assiseRang d’éléments de même hauteur posés de niveau dans une maçonnerie. L’assise désigne également la plate-forme d’un balcon ou d'une logette, portée d’ordinaire par des consoles et sur laquelle repose le garde-corps. à une terrasse. Porte métallique ajourée à motif géométrique, à embrasureEspace intérieur d’une baie. à ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.. Deuxième niveau percé d'une porte-fenêtre axiale en saillie de ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. successifs, couronnée d'un mince auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. trapézoïdal. EntablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. composé d'une corniche débordante sur friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. à glyphes.

Intérieur organisé autour d'un hall central en patio circulaire ponctué d'une fontaine carrée, éclairé sur deux niveaux par un lanterneau de verre coloré (turquoise, vert clair et blanc). Intérieur habillé de parementRevêtement de la face extérieure d’un mur. de marbres et de diverses sortes de bois exotiques.

Jardin conçu lui aussi par Adrien Blomme et formant un ensemble avec la villa. La section située au sud-est de la villa, qui sépare la façade principale de l'avenue, est caractérisée par sa conception symétrique autour d'un axe central matérialisé par un sentier en moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie., situé dans l'axe de la façade principale, et interrompu par un bassin en forme de croix. Plantation plus tardive d'ifs taillés en boule et en quille. A droite, haie taillée et pelouse fleurie.

Plus loin dans le parc, un « clubhouse » ou pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. de tennis affecte la forme d'un petit chalet de bois, rehaussé de moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie.. Il est dessiné par l'architecte J. Ghobert en 1935.

Avenue de l’Horizon 21-23, Villa Gosset, <a href='/fr/glossary/183' class='info'>élévations<span>Dessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades.</span></a> chalet, ACWSP/Urb. 154 (1935).

Enfin, une annexe, anciennement à usage d'écuries, date probablement de 1907 et préexiste à la villa. Elle constituait une dépendance d'une maison sise au no 301 de l'avenue de Tervueren et remplacée en 1965 par un immeuble à appartements de l'architecte René Coppens.

Classement comme monument le 10 mars 1994 (la totalité de la villa, les grilles d'entrée, l'habitation du concierge et le jardin).

Sources

Archives
ACWSP/Urb. 439 (1907), 311 (1928), 343 (1929), 154 (1935), , 103 (1999); no 301 avenue de Tervueren : 100 (1965).

Ouvrages
BLOMME, F., 1878-1940. À la rencentre d'Adrien Blomme. Sa vie, son œuvre racontées par Françoise Blomme, CIVA, Bruxelles, 2004, pp. 188-193.
BURNIAT, P., et al., L'architecture moderne à Bruxelles, guide, Éditions de l'Octogone, Bruxelles, 2000, p. 135.
Gevrijwaarde monumenten en landschappen, 1999, pp. 156-157.

Périodiques
BLOMME, A., “Pourquoi il faut être moderniste”, Bâtir, 3, 1933, pp. 83-84.

Arbres remarquables à proximité