Typologie(s)

maison et atelier d’artiste
maison bourgeoise

Intervenant(s)

Antoine POMPEarchitecte1914

Fernand BODSONarchitecte1914

Eugène MAHAUXpeintre

Styles

Pré-modernisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire des sgraffites (GERPM)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Recherches et rédaction

2005-2007

id

Urban : 16851
voir plus

Description

Maison de style prémoderniste, avec atelier d'artiste, conçue pour le peintre Eugène Mahaux (1874-1946) par les architectes Antoine Pompe et Fernand Bodson ,; elle est millésimée sur la tablePetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. en sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. « 1914 ».

De trois niveaux et de deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales, façade en briques rouges, rehaussée de pierre bleue, qui couvre entièrement le rez-de-chaussée. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires. Travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., percée d'une porte de garage et devancée, aux étages, d'un oriel trapézoïdal, couvert de petites plaques d'Eternit. Travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'accès percée d'une porte engoncée, sous petit auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. en pierre bleue. Fenêtres des étages à désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon. en sommiersLes sommiers sont les deux premiers claveaux d’un arc, portant directement sur les piédroits. de pierre bleue, inscrites dans le même encadrement. Pleins de travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. ornés de sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. figurant respectivement un olivier et des branches d'olivier encadrant le millésime. Corniche continue. Toit plat commençant derrière le brisis d'ardoises, percé de deux lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. en bois inégales, la principale avec terrasse à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage..


Rue Emmanuel Van Driessche 74, coupe, ACI/Urb. 114-74 (1914).

Intérieur. À l'origine, espaces de service et de stockage au rez-de-chaussée. Fumoir, bureau et salle à manger au premier étage. À l'arrière, un peu plus bas, atelier orienté au nord, éclairé par un lanternonPetite construction de plan centré, située au faîte du toit. et un tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste.. L'atelier donne vers le jardin par quelques marches. Au deuxième étage, chambres et seconde cuisine. Mansarde avec chambres, grenier et salle de bain. Escalier éclairé zénithalement.

Sources

Archives
ACI/Urb. 114-74.

Ouvrages
CULOT, M., TERLINDEN, F., Antoine Pompe et l'effort moderne en Belgique 1890-1940, Musée d'Ixelles, Bruxelles, 1969 (Catalogue d'exposition).
CULOT, M., DELEVOY, R. L., Antoine Pompe ou l'architecture du sentiment, AAM, Bruxelles, 1975 (Catalogue d'exposition).
Inventaire des sgraffites. Ixelles, GERPM  SC ASBL, s.l., s.d., fiche 46.

Périodiques
PUTTEMANS, P., « L'œuvre d'Antoine Pompe », Rythme, 41, 1965, pp. 7-17.

Arbres remarquables à proximité