Typologie(s)

maison unifamiliale ou de rapport (indéterminé)
cinéma

Intervenant(s)

Léon SMETSarchitecte1919

Styles

Beaux-Arts

Inventaire(s)

  • Inventaire des salles de cinéma (1993)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Etterbeek (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Social
  • Technique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 13900
voir plus

Description

Immeuble de style Beaux-ArtsStyle Beaux-Arts (de 1905 à 1930 environ). Courant architectural puisant son inspiration dans les grands styles français du XVIIIe siècle. Riche et ornementé, il se caractérise souvent par des élévations en (simili-)pierre blanche et/ou brique orangée ainsi que par l’usage du fer forgé pour les garde-corps et la porte. de quatre niveaux et trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous toiture mansardée, érigé selon demande de permis de bâtir de 1919, d'après les plans de l'arch. L. SMETS.

À l'origine de trois niveaux et attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement. ; un 4e niveau (à l'origine couronné d'un frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. triangulaire audessus de la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiale) fut construit en 1920 selon les plans du même arch. ; la toiture mansardée est plus récente.

Utilisé comme salle de cinéma, de 1920 jusqu'à la fin des années 1970, il reçut le nom de Victorit Cinéma et plus tard le Cinquantenaire.

Le r.d.ch. fut remanié en 1978, à l'origine avec entrée centrale percée entre deux portes à deux vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. surbaissées. Façade en simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. à faux-jointsEnduit dans lequel sont tracés des sillons pour suggérer un appareil de pierre.. Aux étages, travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiale inscrite entre pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à bossages, marquée d'un cordonCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition. profilé entre les 3e et 4e niveaux. Au bel étage, logette de plan trapézoïdal en bois. Fenêtres surbaissées dans les travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales. Aux 3e et 4e niveaux, trois baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement., l'axiale cintrée et inscrite, à encadrement plat sous larmierMouluration horizontale qui présente un canal creusé dans sa partie inférieure, servant à décrocher les gouttes d’eau afin d’éviter leur ruissellement sur la façade. Le larmier isolé possède un chanfrein comme moulure supérieure. Le larmier constitue l'un des éléments de la corniche. et à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Trois lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. inscrites dans le toit.

Sources

Archives
ACEtt/TP 7914 (1919), 8505 (1920).
Reg. d'entrée 2988 (1978).