Typologie(s)

maison d’habitation

Intervenant(s)

Charles VAN NUETENarchitecte1936

Styles

Modernisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Woluwe-Saint-Pierre (DMS-DML - 2002-2009, 2014)

Recherches et rédaction

2003

id

Urban : 17366
voir plus

Description

Maison moderniste de type bel étage, à trois niveaux sous toit plat, signée « C(harles). VAN NUETEN ARCH 1936 » sur la plintheAssise inférieure d’un soubassement ou soubassement de hauteur particulièrement réduite. en pierre bleue subsistant de la clôture du jardinet. Sa construction est due à l'entrepreneur Pierre Blaive et Fils. La maison reçu les deuxième et troisième mentions ex aequo au prix Van de Ven de 1938.

La façade, à l'origine revêtue au rez-de-chaussée de carreaux de grèsTerre cuite de texture serrée, légèrement vitrifiée, glaçurée ou non. Le grès désigne également une famille de pierres composées de silice. émaillé et couverte aux étages d'un crépiLe crépi est un enduit non lissé de plâtre ou de mortier. Il est rugueux, ce qui le distingue des autres enduits. « de pierre broyée », est aujourd'hui uniformisée par un crépiLe crépi est un enduit non lissé de plâtre ou de mortier. Il est rugueux, ce qui le distingue des autres enduits. blanc. Porte piétonne vitrée à piédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. galbés, séparée de la porte de garage, percée de trois hublots, par une petite fenêtre grillagée.

Bel étage marqué dans l'axe par la saillie d'une logette rectangulaire, vitrée sur les quatre cinquièmes de sa hauteur. Elle est coiffée d'une terrasse à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en tubes d'acier, terminée à gauche par un angle arrondi en porte-à-faux. Elle devance deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement., une large porte-fenêtre flanquée d'une fenêtre. Aux étages, les fins châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. métalliques d'origine ont disparu.

Le jardinet était à l'origine encadré par une clôture en treillis interrompue par deux portails composés de trois bandes métalliques horizontales. Seule la plintheAssise inférieure d’un soubassement ou soubassement de hauteur particulièrement réduite. de pierre bleue subsiste.

Sources

Archives
ACWP/Urb. 207 (1936).
Collection AAM, photo d'époque.

Périodiques
DE HOUWER, V., « De prijs Van de Ven 1928-1937. De eerste tien jaren van een Belgische architectuurwedstrijd », M & L, 2, 1998, pp. 6-32 (M & L binnenkrant bijlage, pp. 2-12).
DE KONINCK, L. -H., « Le prix d'architecture annuel Van de Ven », L'Époque, no 2, 1938, pp. 23-27.
DE KONINCK, L. -H. « Prix Van de Ven d'architecture 1938 », L'Émulation, 3, 1938, pp. 47-52.
FLOUQUET, Pierre-Louis, « Autour des prix d'architecture Van de Ven », La Maison, 5, 1951, pp. 167-168.
FLOUQUET, Pierre-Louis, « Importance des Prix d'Architecture », Bâtir, no 65, 1938, pp. 176-178.
FLOUQUET, Pierre-Louis, « Une habitation moderne à Bruxelles », Bâtir, no 62, 1938, p. 20.

Arbres remarquables à proximité