L'avenue Georges Henri est une longue artère qui relie la place Verheyleweghen à la rue de Linthout; la numérotation de son bâti débute à hauteur de la place. L'avenue croise de nombreuses voiries, la dernière étant le boulevard Brand Whitlock.

Une convention pour l'établissement d'une avenue de douze mètres de large, correspondant à la future avenue Georges Henri, est établie dès 1867 entre les familles Doucet et Leblanc, propriétaires riverains. Sa construction ne débute toutefois qu'une dizaine d'années plus tard.

Une première portion est créée en tant que voie privée par les propriétaires de l'endroit, afin de relier la rue de Linthout à l'Institut pour Sourds-Muets et Aveugles, faisant aujourd'hui face à la place Jean-Baptiste Degrooff. L'Institut est érigé en 1876 sur un terrain offert par l'avocat Auguste Beckers dans une zone encore dépourvue d'habitations.

La prolongation de l'avenue se poursuit dans les années 1890 pour permettre l'accès à l'orphelinat Van Meyel et au nouveau cimetière d'Etterbeek créés à cette époque. En échange de la cession du terrain destiné au cimetière, la commune d'Etterbeek assume en 1897 les charges d'aménagement et d'entretien de la portion de l'avenue s'étendant de la rue de Linthout au cimetière. En 1901, le plan d'alignement de l'avenue, dressé par les géomètres Loens et Slegers, est définitivement arrêté. En 1902, elle est ouverte à la circulation jusqu'au hameau de Roodebeek.

L'avenue prend le nom de Georges Henri au moins en 1882, dénomination qui résulte probablement de l'association des prénoms de deux propriétaires fonciers locaux.

Avenue Georges Henri 408 et 406 (photo 2011).

Son dernier tronçon, situé entre le boulevard Brand Whitlock et la rue de Linthout, est bâti en grande partie avant la Grande Guerre, de maisons de style éclectique, tel le no450, certaines à rez-de-chaussée commercial. On relève en outre, au no412, une maison de style Art nouveau géométrique, conçue en 1907 par l'architecte Jean Lerat (voir ce numéro). Le côté pair est marqué par plusieurs maisons à façades de briques rouges et blanches, certaines coiffées d'une lucarne-pignon, comme les nos406 et 408 (architecte P. Stillemans), 418, 440 (architecte Ernest Linard, 1908), 456, 458 et 492 à 496.

Côté impair, la fin de l'avenue se caractérise par une enfilade de maisons de deux niveaux à rez-de-chaussée commercial, composée des nos497 à 519, aujourd'hui interrompue par un bâtiment plus récent.

L'avenue connaît une seconde vague de construction dans les années 1920 et 1930. Le style Beaux-Arts est représenté par le no441. La rue se dote en outre d'un garage au no427-429 en 1928. Quelques immeubles prennent place sur les parcelles restées vierges dans les années 1950, comme le no431 (architecte René Coppens, 1955). En 1956, le cinéma «Metro » est érigé au no481 (architecte Gui. Rousseau). Fermé en 1975, il abrite aujourd'hui un supermarché.

Notons enfin la présence de quelques constructions situées en retrait de l'avenue. C'est le cas du no443 (après 1917), du no469 (avant 1917) et du no467, constitué d'un bâtiment antérieur à 1917 auquel fut annexé à un volume oblong à rotonde construit à l'arrière des nos50 à 54 avenue Albert-Élisabeth (architecte Julien Galair, 1930). Le no447 (après 1917), quant à lui, s'implante perpendiculairement à la rue et présente un accès latéral.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACWSL/Urb. 431: 8726 (1955); 481: 9133(1957); 467: 777 (1917), 2868 (1930).
Registre aux délibérations du Collège échevinal de Woluwe-Saint-Lambert
, Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, vol. 1891-1903, pp. 12, 69, 74 à 76, 85 à 87, 221.

Ouvrages
CRUNELLE, M., DEBLIECK, D., VAUTHIER, E., et al., Inventaire des salles de cinéma de la Région de Bruxelles, Service de Monuments et Sites, Bruxelles, 1994, fiche 172.
CULOT, M. [dir.], Schaerbeek. Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles, AAM, Bruxelles, 1980-1982, fiche 16.
VILLEIRS, M., et al., Histoire de Woluwe-Saint-Lambert, Fondation Albert Marinus/Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, 2000, pp. 171-179, 185-187, 324.

Cartes / plans
Carte de Service de Bruxelles et environs, Institut cartographique militaire, 1894 (Bibliothèque royale de Belgique).
Plan du quartier de Linthout, s.d. [ca 1901-1902] (Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, archives communales anciennes).
Carte de Service de Bruxelles et environs, Institut cartographique militaire, 1910 (Bibliothèque royale de Belgique).
Union des Villes et Communes belges, Commission centrale des Reconstructions, plan parcellaire de la commune de Woluwe-Saint-Lambert, 1917 (Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, archives communales anciennes).