Longeant les voies ferrées de la gare du Nord, la rue d'Aerschot relie la rue de Brabant, à hauteur de la place du Nord, à la rue des Palais. Elle rencontre sur son parcours les rues Allard, de Quatrecht, Rogier, d'Hoogvorst, de Potter et Liedts, ainsi que l'avenue de la Reine. Son premier numéro, à l'angle de la rue de Brabant, se situe sur le territoire de Saint-Josse-ten-Noode.

Le tracé de l'artère, large de douze mètres à l'origine, est prévu au plan général d'alignement et de nivellement des faubourgs dressé par l'inspecteur-voyer Charles Vanderstraeten et approuvé par l'arrêté royal du 02.09.1840. À Schaerbeek, ce plan concerne le faubourg de Cologne, un quartier à créer autour de la nouvelle station du Nord et des voies ferrées vers Malines, qui seront établis entre 1841 et 1846. Tout comme les rue de Quatrecht et de la Fraternité, la partie de la rue située entre le milieu des deuxième et troisième tronçons est tracée à travers les terrains des sieurs Nevraumont, en vertu de l'arrêté royal du 15.01.1845. Dans un but spéculatif, cette famille avait acheté dans la zone huit hectares de terrain dès 1796. À partir de 1903, l'agrandissement des voies de chemin de fer entraîne, après expropriation par l'État du bâti existant, la suppression du côté impair de la rue, à l'exception du dernier tronçon, au-delà de l'avenue de la Reine.

La rue d'Aerschot encore bâtie côté impair, détail du [i]Plan de la commune de Schaerbeek 1876[/i], dressé par l'Institut géographique national (Institut géographique national).

Anciennement dénommée rue de Cologne en référence à la ligne ferroviaire Bruxelles-Cologne, l'artère est rebaptisée le 14.02.1919 en hommage à la ville d'Aerschot, qui avait fortement souffert lors de l'invasion allemande en 1914.

La rue d'Aerschot est essentiellement bâtie des années 1850 aux années 1870, de maisons de style néoclassique. Parmi elles, les nos78 (avant 1858), 235 à 239 ou encore 252 (entre 1858 et 1876). La grande majorité d'entre elles ont été remaniées au cours du temps, souvent par l'aménagement d'un commerce; certaines ont été rhabillées ou reconstruites. Plusieurs maisons sont dotées de bâtiments arrière, tel le no92, accompagné d'un atelier à façade-pignon de 1884. Résultant de la réunion de deux immeubles érigés entre 1858 et 1867, le no174-176 mène, quant à lui, à un intérieur d'îlot largement occupé par les bâtiments des anciens laboratoires Coutelier puis Bios, implantés dans les années 1910 et également accessibles par les nos11-13, 31 et 33-35 rue De Potter.

Le second tronçon de la rue est marqué par la façade arrière de l'église Saints-Jean-et-Nicolas, flanquée à droite de son ancien presbytère (voir nos58-60 et 54-56). Dans le tronçon de rue subsistant côté impair, pointons une église catholique apostolique, implantée à l'arrière d'une parcelle, en bordure du chemin de fer (voir no261). Parmi les bâtiments disparus de ce côté de l'artère, se trouvaient une villa devancée d'un vaste jardin à hauteur de la rue de Quatrecht, disparue avant 1893, ainsi que le Théâtre des Délassements, un vaste établissement à cour centrale implanté peu après la rue Allard, qui ferma ses portes dès 1885. Enfin, à hauteur de la rue Liedts se dressait l'École communale de garçons no4, inaugurée en 1870 et démolie vers 1905.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACS/TP Infrastructure 196.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, 1903, pp. 695, 718-719; 1905, p. 327.
Maison des Arts de Schaerbeek/fonds local.

Ouvrages
CULOT, M. [dir.], Schaerbeek. Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles, AAM, Bruxelles, 1980-1982, fiches 67, 94.
DEKOSTER, J.-A., Les rues de Schaerbeek, Bruxelles, 1981, p. 11.
DENHAENE, G., L'expansion de Bruxelles au XIXe siècle. Naissance du Faubourg de Schaerbeek: histoire et images, ASBL PatriS, Bruxelles, 2002, pp. 35-36.
DE SAEGHER, E., BARTHOLEYNS, E., Histoire populaire de Schaerbeek, Henri Mommens imprimeur-éditeur, Schaerbeek, 1887, pp. 52, 147, 164.
VAN BEMMEL, E., Histoire de Saint-Josse-ten-Noode et de Schaerbeek, éditeur E. Van Bemmel, Saint-Josse-ten-Noode, 1869, pp. 167-169.
ZITOUNI, B., Agglomérer, une anatomie de l'extension bruxelloise (1828-1915), VUB Press, Bruxelles, 2010.

Périodiques
ZITOUNI, B., TELLIER, C., «Comment les corps techniques construisent la ville», Brussels Studies, 64, 04.02.2013.

Cartes / plans
POPP, P. C., Atlas du Royaume de Belgique, plan parcellaire de la commune de Schaerbeek, vers 1858.
Plan de la commune de Schaerbeek 1876, Institut géographique national.
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1881.
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1893.
Plan de la commune de Schaerbeek 1899.
Plan cadastral de la commune de Schaerbeek, 1907-1908.