La rue Vondel relie la rue Rubens à la rue des Ailes, croisant sur son parcours les rues Renkin et Verhas, Floris et Quinaux.

Tout comme les rues Rubens et Renkin, le premier tronçon de la rue Vondel est ouvert à la demande et sur les terrains de la Compagnie immobilière de Belgique, ainsi que de Messieurs Mercier et consorts, en vertu d'une autorisation délivrée en séance du Collège communal du 20.10.1874 et confirmée par l'arrêté royal du 31.12.1875. Dès 1877, les travaux d'aménagement de l'artère, large de douze mètres, sont terminés. C'est dans un second temps que la rue est prolongée jusqu'à la rue des Ailes, à l'emplacement d'un ancien chemin dit Postweg, dans le cadre de la création du quartier aménagé autour du futur hôtel communal. Dressé par l'ingénieur communal Bouchez, le plan de ce quartier est adopté en séance du Collège du 28.02.1881 et ratifié par l'arrêté royal du 20.04.1882. Les travaux de pavage sont effectués en 1883.

À l'origine, le premier tronçon avait été baptisé rue Memling (fréquemment orthographié Hemling), en référence au peintre du XVe siècle. Après 1881, l'artère prend toutefois le nom du poète et dramaturge néerlandais Joost van den Vondel (Cologne, 1587 – Amsterdam, 1679).

Résidentielle, la rue est essentiellement bâtie dans les années 1880 et 1890, de maisons bourgeoises le plus souvent de style néoclassique. Le premier tronçon se construit majoritairement durant la première décennie. Pointons, au no6, l'une des premières habitations de la rue, érigée en retrait de la voirie entre 1875 et 1881, ainsi qu'au no40, une maison qui accueillit à partir de 1883 la crèche Henriette, destinée à accueillir les enfants de familles nécessiteuses. Deux enfilades particulièrement cohérentes se distinguent en outre: l'une côté pair, formée par les nos52, 54 (1887) et 56, 58 (vers 1885), l'autre côté impair, constituée par les nos71 et 73 (1888), 75 (1889), ainsi que 77 et 79 (1888). Citons également, côté pair, les nos20 (années 1880), conçu en ensemble avec les nos22 et 24, 26 (vers 1881), en ensemble avec le no28, 64 (1887), 76 et 78 (1897), 82 (1890), 84 (1890) et 90 (1899). Côté impair, pointons les nos41 (1886), conçu en ensemble avec le no43, et 61 (1888), ainsi que 65, 67 (1892) et 91 (1888), tous trois conçus pour l'entrepreneur Slagmulder, les premiers en ensemble avec le no63, le troisième en ensemble avec les nos85 à 89. La fin de la rue compte quelques habitations de style éclectique, tel le no98 (architecte Buysschaert, 1889) ou les nos94, 96, 119 et 121 (voir ces numéros). De nombreuses maisons ont été transformées au cours du temps.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACS/Urb. 6: 285-6; 41: 285-41-43; 52, 54: 285-52-54; 61: 285-61; 64: 285-64; 65, 67: 285-65-67; 71, 73: 285-71-73; 75: 285-75; 76, 78: 285-76-78; 77, 79: 285-77-79; 82: 285-82; 84: 285-84; 90: 285-90; 91: 285-85-91; 98: 285-98.
ACS/TP 50, 228, 238.
ACS/TP Infrastructure 33.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, 1874, pp. 424-425; 1881, pp. 76-77.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1874-1875, 1875, p. 123.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1875-1876, 1876, p. 80.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1876-1877, 1877, p. 40.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1883-1884, 1884, pp. 24-25.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1884-1885, 1885, p. 30.

Ouvrages
DEKOSTER, J.-A., Les rues de Schaerbeek, Bruxelles, 1981, p. 127.
DE SAEGHER, E., BARTHOLEYNS, E., Histoire populaire de Schaerbeek, Henri Mommens imprimeur-éditeur, Schaerbeek, 1887, pp. 137-138.