Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Émile DE LIGNEarchitecte1903

Styles

Éclectisme
Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Extension Sud (Apeb - 2005-2008)

Recherches et rédaction

2005-2006

id

Urban : 16079
voir plus

Description

Maison bourgeoise de style éclectique teinté d'éléments Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., 1903, probablement sur les plans de l'architecte Émile De Ligne.

Élévation de quatre niveaux de taille dégressive, en pierre blanche et briques. R.d.ch. original, percé de deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. légèrement chantournées scandées de colonnettes en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. ; à droite, porche dans-œuvre au sol en mosaïques et aux murs tapissés de carreaux de céramique à motifs floraux. Coffre en chêne intégré, porte largement ajourée munie de grilles ouvragées. 1er étage devancé d'un bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. trapézoïdal, sur cul-de-lampe, scandé de deux meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion.. Dernier niveau percé de cinq baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. jumelées. Toutes les fenêtres sont à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle., auquel répond la traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. bombée des châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à petits-bois. Corniche sur fins modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche.. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. et grilles du jardinet conservées.
Intérieur. Desservi par deux escaliers, tous les deux sous lanterneau.

Sources

Archives
AVB/TP 16941 (1903).

Périodiques
Vers L'Art, 1907, pl. 81-83.

Arbres remarquables à proximité