Typologie(s)

établissement scolaire

Intervenant(s)

Adolphe PAILLETarchitecte1916-1924

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Recherches et rédaction

2013-2014

id

Urban : 22535
voir plus

Description

Occupant l'intérieur de l'îlot délimité par la rue Metsys et l'avenue Voltaire, complexe scolaire de style éclectique, conçu en 1916 par l'architecte communal Adolphe Paillet, bâti en 1922-1924 et inauguré le 10.07.1926. Signature à droite du rez-de-chaussée «A. PAILLET / ARCHTE».

Historique

Comprenant à l'origine une école professionnelle et ménagère pour filles, une école gardienne et une crèche communales, le complexe remplace une autre école professionnelle et ménagère destinée aux filles, implantée avant-guerre rue des Coteaux (voir nos155 et 157). Il est baptisé en l'honneur d'un échevin des Travaux publics de Schaerbeek, qui fut à l'origine de la construction de plusieurs écoles dans la commune. C'est dans les années 1980 que l'école professionnelle et ménagère est fusionnée avec l'école industrielle de la rue de la Ruche (voir no30), le nouvel institut, dénommé Frans Fischer, étant réparti sur les deux implantations.

Plan

À front de la rue Général Eenens, bâtiment à usage d'habitation à l'origine, de trois niveaux sous toit en bâtièreToit à deux versants.. Son entrée gauche donne accès à une cour, la droite est prolongée par un passage couvert menant aux bâtiments arrière. Ces derniers se composent d'un volume rectangulaire de quatre niveaux, prolongé par un préau de même hauteur, sous toiture à croupeUne croupe est un versant de toit qui réunit les deux pans principaux d’un toit à leur extrémité. Contrairement à la croupette, la croupe descend aussi bas que les pans principaux.. Sur ce préau se greffent perpendiculairement deux ailes de classes accolées, également de quatre niveaux, sous toit en bâtièreToit à deux versants.. Le complexe ménage deux cours de récréation intérieures et un jardin arrière. Dans les années 1970, un bâtiment abritant deux gymnases est implanté à droite du bâtiment à rue (architecte communal P. Bertrand, 1971).

Rue Général Eenens 66, Institut Frans Fischer, plan du rez-de-chaussée, ACS/TP École Frans Fischer (1916).

Façades

Bâtiment à rue à façade symétrique de cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., en briques rouges, rehaussée de pierre blanche. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales percées d'une entrée carrossable et coiffées d'un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. trapézoïdal percé d'un oculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale. ovale. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. centrales en retrait aux étages; au premier, tablePetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. portant l'inscription «ECOLE PROFESSIONNELLE ET MENAGERE / FRANS FISCHER», au second, allègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. ornées de bas-reliefs figurant des putti, réalisés par le sculpteur Pierre Theunis en 1925. Corniche continue conservée. LucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. rampantes en menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC., à corniche cintrée. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. remplacée.

Rue Général Eenens 66, Institut Frans Fischer, élévation du bâtiment à rue, ACS/TP École Frans Fischer (1922).

Bâtiments arrière à façades en briques rouges, rehaussées de pierre bleue. Fenêtres pour la plupart jumelées par deux ou trois, à linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. de béton, sauf celles du dernier niveau, à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale.. Façade du volume rectangulaire à travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiale percée de fenêtres séparées par des pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau.; loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. à pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. sur deux côtés du troisième étage, aujourd'hui close de châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre.. Vers le jardin, façade percée dans l'axe de fenêtres en escalier, éclairant le préau.

Intérieur

Dans le bâtiment à rue, pièce avant du rez-de-chaussée réservée à l'origine à un médecin, l'arrière au concierge. Logement de ce dernier au premier étage, appartement au second.
Dans le bâtiment rectangulaire, local du personnel au rez-de-chaussée, salle de dessin aux deux premiers étages, «terrasse couverte» prévue au dernier.

Rue Général Eenens 66, Institut Frans Fischer, vue de l'un des préaux (photo 2013).

Préau sur trois niveaux, à cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier. à rampes en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. et ascenseur. Dans le volume du préau, locaux donnant sur la cour de récréation: bureau de la directrice au rez-de-chaussée, local de dactylographie au premier étage, de broderie au deuxième.
Dans les ailes perpendiculaires, séparées par un couloir, classes gardiennes et salles de jeux au rez-de-chaussée, classes au premier étage, diverses salles au deuxième – «lingerie», «modes et fleurs», «confections».

Au troisième étage, réfectoire et salle de jeux au-dessus des préaux. Locaux de la crèche dans les ailes perpendiculaires.
Volume du préau et ailes de classes à charpente métallique.
Murs enduits à faux-jointsEnduit dans lequel sont tracés des sillons pour suggérer un appareil de pierre.. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en granitoMatériau composé de mortier et de pierres colorées concassées présentant, après polissage, l’aspect d’un granit. rose et pierre bleue.

Sources

Archives
ACS/Urb. 113-66.
ACS/TP École Frans Fischer.

Arbres remarquables à proximité