La rue Camille Simoens relie l'avenue Voltaire à la rue Général Eenens.

Large de douze mètres, elle est créée en vertu des délibérations du Conseil communal des 05.08 et 04.11.1902, confirmées par l'arrêté royal du 06.02.1903. L'artère est percée en 1904.

À l'origine dénommée François De Greef, la rue est déjà rebaptisée par décision du Collège du 28.08.1903, en l'honneur de l'entrepreneur Camille Simoens (Harelbeke, 1851 – Schaerbeek, 1919), qui avait acquis une grande partie des terrains de la rue.

Dès 1903-1904, Simoens y fait ériger pas moins de vingt-cinq maisons (voir nos5 à 21, 2 à 6 et 8 à 38), toutes conçues par un même auteur, peut-être l'architecte Henri Jacobs, dans un style éclectique d'inspiration Art nouveau. Avec la majorité des autres immeubles de la rue, de style éclectique et pour la plupart érigés entre 1910 et 1912, ces ensembles forment deux enfilades particulièrement cohérentes: l'une allant du no1 au no47 – les nos1 et 3 conçus vers 1905 en ensemble avec les nos5, 7 avenue Voltaire –, l'autre du no2 au no48 (voir ces numéros). Camille Simoens avait ses bureaux au no5-7.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACS/TP Infrastructure 155.
Maison des Arts de Schaerbeek/fonds local.
 
Ouvrages
BERTRAND, L., Schaerbeek depuis cinquante ans. 1860-1910, Librairie de l'Agence Dechenne, Bruxelles, 1912, p. 58.
JURION-DE WAHA, Fr., WACHTELAER, A., Le petit monde de l'architecte Henri Jacobs, Annales de la Société royale d'Archéologie de Bruxelles, t. 71, 2013, p. 238.