Typologie(s)

immeuble à appartements
rez-de-chaussée commercial
station-service

Intervenant(s)

Josse FRANSSENarchitecte1957

Styles

Modernisme

Inventaire(s)

  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2012-2013

id

Urban : 21918
voir plus

Description

À l'angle de l'avenue des Jardins, immeuble à appartements moderniste à rez-de-chaussée commercial, conçu par l'architecte Josse Franssen pour l'entrepreneur Henri Ruttiens, 1957.

Bâtiment de plan en arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. de cercle, de sept niveaux sous toit-terrasse. Façades à trame de béton apparente recouverte d'«enduit chromolithe gratté» et accompagnée d'un parementRevêtement de la face extérieure d’un mur. en dalles de quartzite. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre blanche artificielle «Maclit». Façade avant de dix travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. liées deux à deux par des balcons à grille intégrant un bac à fleurs; soffite et bac peints dès l'origine respectivement en rouge carminé et bleu. Au rez-de-chaussée, avant-corps sous terrasse à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. vitré, abritant à l'origine une station-service, aujourd'hui un magasin. À droite, porche d'entrée hors-œuvre parallèle à la façade, accessible par un escalier et marqué par un imposant auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. incliné de plan asymétrique en éventail; mur recouvert d'une composition de céramique rouge à reliefs. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. métallique de l'entrée conservée. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. en bois à l'origine, aujourd'hui remplacés.
En façades latérales, deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., toutes deux en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. pour la façade de gauche, l'une en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. et l'autre percée de fenêtres en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. de faible hauteur surmontant un quadrillage de briques de verre pour la façade de droite.
En façade arrière, sous-sol occupé par des garages individuels, surplombés à hauteur du rez-de-chaussée par une galerie d'accès extérieure. Étages marqués par deux larges oriels formant loggiasPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. flanquées de séchoirs de briques.

À l'intérieur, rez-de-chaussée abritant à l'origine le logement du gérant de la station-service à gauche de celle-ci, la conciergerie à droite de l'entrée, suivie d'un autre appartement. À l'arrière, entre les deux cages d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier., quatre «chambres d'appoint» avec cabinet de toilette. Étages occupés chacun par cinq appartements.

Sources

Archives
ACS/Urb. 115-30-32.

Périodiques
« La Résidence “Wahis”, à Bruxelles », La Maison, 8, 1959, pp. 262-266.