Vous voyez cet objet en preview en tant qu'administrateur du site.

Typologie(s)

immeuble à appartements
rez-de-chaussée commercial

Intervenant(s)

Josse FRANSSENarchitecte1955

Frans LAMBERECHTSsculpteur1955

Henri & fils RUTTIENSentrepreneur1955

Styles

Brutalisme

Inventaire(s)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

Recherches et rédaction

2012-2013

id

Urban : 21908
voir plus

Description

Immeuble à appartements moderniste à rez-de-chaussée commercial, conçu par l'architecte Josse Franssen pour l'entrepreneur Henri Ruttiens, 1955.

Bâtiment de plan en L, de cinq niveaux sous toit-terrasse doté d'un solarium. Façades constituées d'une trame de béton lavé aujourd'hui peint, accompagnée d'un parementRevêtement de la face extérieure d’un mur. en dalles de quartz.
Volume vers l'avenue en avancée, occupé au rez-de-chaussée par trois commerces à entresol. Il est bordé à droite par une haute gaineEspace dans lequel se déplacent la cabine et/ou le contrepoids, délimité par les parois, le plafond et le fond de la cuvette. La gaine peut être fermée ou partiellement ouverte.  de cheminée. Volume vers le boulevard abritant au rez-de-chaussée une station-service délimitée par des pilotis. Sur l'angle, porche d'entrée dans-œuvre, orné d'un décor mural géométrique de briques et carreaux de céramique, et hall entièrement vitré. À gauche du porche, sur socleMassif surélevant un support ou une statue. de pierre, sculpture métallique abstraite par Frans Lamberechts.
Aux étages, pour la plupart implantées en miroir deux à deux, fenêtres en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. et portes-fenêtres inscrites dans des loggiasPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. closes d'un parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. intégrant une grille vitrée et débordant vers la fenêtre. Les loggiasPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. – à l'origine peintes en bleu ou vert, aujourd'hui toutes en orange – sont séparées par un double «séchoir», ajouré de lames de béton.
Huisserie partiellement conservée au rez-de-chaussée: châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. métalliques des commerces et du hall d'entrée; divisions géométriques en béton des fenêtres du hall et de la station-service.
Zone de recul agrémentée de parterres à murets en moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie. de grèsTerre cuite de texture serrée, légèrement vitrifiée, glaçurée ou non. Le grès désigne également une famille de pierres composées de silice..
À l'arrière, sous-sol occupé par des garages individuels, surplombés à hauteur du rez-de-chaussée par une galerie d'accès extérieure.

Sources

Archives
ACS/Urb. 115-236.
AAM/fonds Josse Franssen.

Ouvrages
STEENO, D., Jossen Franssen. De modernistische architectuur als “un art d’habiter”, Universiteit Antwerpen, 2016-2017, 2dln. (eindverhandeling Master Erfgoedstudies).

Périodiques
« Station service et appartements modestes », La Maison, 4, 1959, pp. 123-125.