Typologie(s)

église/cathédrale/basilique

Intervenant(s)

Léonard HOMEZarchitecte1935

Jean DEHASSEarchitecte1955-1963

Pierre MAJERUS(maître) verrier1985

Styles

Art Déco
Néo-roman

Inventaire(s)

  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)
  • Les charpentes dans les églises de la Région de Bruxelles-Capitale 1830-1940 (Urban - 2019)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Paysager
  • Scientifique
  • Social
  • Technique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2010-2012

id

Urban : 20944
voir plus

Description

Orientée nord-sud sur une parcelle comprise entre l'avenue de Roodebeek et la rue Aimé Smekens, église de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs. d'inspiration néo-romane, conçue en 1935 par l'architecte Léonard Homez et agrandie suivant les plans de 1955-1963 de l'architecte Jean Dehasse.

Historique

C'est par l'arrêté royal du 13.12.1933 qu'est créée, avec l'autorisation des paroisses Saint-Henri de Woluwe-Saint-Lambert et Saint-Albert de Schaerbeek, l'église succursale du Divin Sauveur. Son érection est rendue possible par un don de Madame Segers, née Waucquez. Les plans sont dressés au début de l'année 1935 par l'architecte Léonard Homez, également auteur de l'église Sainte-Alix à Woluwe-Saint-Pierre, très proche dans ses formes et érigée grâce au soutien de la même famille. La première pierre est posée le 22.09.1935; l'inauguration a lieu le 06.05.1937. L'église présente à l'origine un vaisseau unique débouchant sur un chœur rectangulaire flanqué d'une sacristie et d'un «magasin». Une petite tour, prévue dans l'axe de la façade principale, n'est jamais réalisée faute de moyens.

Avenue de Roodebeek 267, Église du Divin Sauveur, élévation latérale initiale, ACS/Urb. 217-245 (1935).

Suite à l'urbanisation rapide du quartier après la Seconde Guerre mondiale, l'édifice doit être agrandi. En 1955, l'architecte Jean Dehasse dresse les plans de l'extension: le chœur cède la place à un transept et à un nouveau chœur de même style, auquel est accolée une chapelle d'hiver entre un bâtiment annexe et une tour-porche, l'ensemble moderniste. Ce projet subit diverses modifications et le permis n'est délivré qu'en 1963. Les travaux s'achèvent en 1967. Comme la précédente, la tour ne sera jamais construite.

En 1947, un presbytère conçu par l'architecte Paul Ramon est adjoint à l'église au no269-271. En 1960, une école paroissiale, dite du Divin Sauveur, est édifiée en pavillonsLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. provisoires au no251 (architecte H.Van den Berghe). Elle sera en grande partie reconstruite en 2007 (bureaux d'architecture Atelier 229 et Arcadis Fally).

Description

Partie originelle

Façades avant et latérales

Façades en briques, rehaussées de pierre blanche. Corniche en béton largement débordante. Vers l'avenue, façade-pignon de deux niveaux, flanquée de contreforts articulés. Premier niveau percé de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle.: large portail central à voussure à ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. flanqué de petites fenêtres géminées. Au-dessus, fenêtre-haute à cinq joursOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. en escalier et meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. de briques. PignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à épis, sommé d'une croix de pierre.

Façades latérales presque identiques entre elles, alignant cinq tripletsGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. et bâtièreToit à deux versants. perpendiculaire, selon une configuration semblable à celle de la façade principale. La saillie de plan trapézoïdal de deux confessionnaux ponctue chaque élévation. Petites fenêtres géminées répondant à celles vers l'avenue. Près de celles de la façade gauche, première pierre de la construction, déplacée là lors de l'agrandissement du chœur.

Bâtières principale et perpendiculaires couvertes de tuiles noires. Porte en chêne et châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. conservés. Fenêtres ornées de vitraux à dessin abstrait signés Pierre Majerus et placés en 1985, celui de la fenêtre-haute figurant l'Arbre de Jessé; large usage du verre opalescent blanc.

Intérieur

Porche flanqué à droite d'un baptistère et à gauche d'une chapelle votive munie de grilles en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. Au-dessus, derrière une arcadeBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. de briques parabolique, tribune d'orgue à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. ajouré sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. cubiques. Nef à parois de briques animées de ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général., développant cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous un berceau parabolique enduitL'enduit est un revêtement de plâtre, de mortier, de stuc, de ciment, de lait de chaux, de simili-pierre, etc. à lunettes, scandé d'arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. doubleaux. Confessionnaux intégrés dans la maçonnerie. Sol dallé de céramique jaune et brune. Sous les fenêtres, stations du Chemin de Croix peintes en 1937-1938 par l'artiste orientaliste Isidore Van Mens. Orgue de Merklin-Schutze, réalisé en 1857 pour le couvent des Sœurs de Notre-Dame, rue de l'Arbre Bénit à Ixelles et acquis par la paroisse en 1966.

Agrandissement

Transept et chœur

Transept et nouveau chœur réalisés dans les mêmes style et matériaux que l'église originelle. PignonsPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. du transept percés d'une baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à sept joursOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. en escalier. Chœur à chevet aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre., éclairé à gauche par une large baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à deux meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie..

Avenue de Roodebeek, 267, Église du Divin Sauveur, <a href='/fr/glossary/146' class='info'>croisée<span>Baie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit.</span></a> du transept, vue vers le jubé (photo 2011).

À l'intérieur, croiséeBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit. du transept couverte d'une voûte d'arêtes sur arcadesBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. paraboliques. Chœur et bras du transept sous berceau de même forme. Scandé de deux arcadesBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol., chœur surélevé à sol de marbre noir et travertin. Maître-autel de 1935 en marbre noir, dominé par une croix. À droite, porte menant à la sacristie, logée dans le bâtiment annexe. Dans le transept gauche, fonts baptismaux de 1935.

Chapelle d'hiver et bâtiment annexe

À front de la rue Aimé Smekens, chapelle et bâtiment annexe à façade en pierre bleue scandée de fenêtres jumelées. La chapelle est surmontée de locaux scolaires et de la chambre de la cloche, derrière une ample façade-pignon ajourée sur toute sa hauteur et ornée d'une croix grecque. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. métalliques conservés.

Chapelle de plan oblong marquée par deux piliersSupport vertical de plan carré., à murs crépis et plafond bardé de bois. Tribune sur un petit côté. Porche hors-œuvre sur l'autre, traversant une paroi de vitraux en béton translucide dus à Louis Stroobant; deux fenêtres carrées ornées des mêmes vitraux. Autel sur emmarchement circulaire en pierre bleue. Tabernacle en émail cloisonné, par Odette Grégoire. Cloche de 1946, par la fonderie Slegers-Causard.

Vitraux

Vitraux abstraits signés Mauritz Nevens et Hermann Mortier, placés entre 1974 et 1979.

Avenue de Roodebeek 267, Église du Divin Sauveur, vitrail du chœur par Mauritz Nevens et Hermann Mortier (photo 2011).

Sources

Archives
ACS/Urb. 235-245, 235-251, 235-271.

Ouvrages
COEKELBERGHS, D., Répertoire photographique du mobilier des sanctuaires de Belgique, Province de Brabant, Canton de Schaerbeek I-II-III, Ministère de la Culture française, Institut royal du Patrimoine artistique, Bruxelles, 1979, p.13.
GILON, M., Divin Sauveur! «une église dans les champs, une église en ville», publication à compte d'auteur, 2006.
GILON, M., Divin Sauveur! 75 ans plus tard…, t. 2, publication à compte d'auteur, 2008.

Sites internet
Orgues en Région de Bruxelles-Capitale, Orgue néoclassique de tribune (Rousseau)