Typologie(s)

maison bourgeoise
maison ou immeuble de rapport
rez-de-chaussée commercial

Intervenant(s)

Clément HUBERTY-LEJEUNEarchitecte1914

FOYER SCHAERBEEKOISpromoteur immobilier1914

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Paysager
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2012-2013

id

Urban : 22361
voir plus

Description

Ensemble de style éclectique, composé d'une maison bourgeoise et d'un immeuble de rapport d'angle anciennement à rez-de-chaussée commercial. Les deux bâtiments sont signés et millésimés «C HUBERTY-LEJEUNE / ARCH-1914». Interrompue à cause de la guerre, leur construction est achevée en 1920 par le Foyer Schaerbeekois, nouveau propriétaire, comme l'indique une plaque de pierre bleue au rez-de-chaussée du no65.

Les bâtiments sont similaires aux nos105 et 112 avenue Sleeckx (voir ces numéros), construits par le même architecte. Le no65 avenue Huart Hamoir débute une enfilade particulièrement cohérente d'immeubles de style éclectique allant jusqu'au no75.

Élévations en briques jaunes, rehaussées de pierre bleue, de pierre blanche et de simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. blanche. Elles sont marquées par des avancées – logette ou oriel – reposant sur des consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. étirées.

Au no65 avenue Huart Hamoir, élévation de trois niveaux. Logette de plan courbe servant d'assiseRang d’éléments de même hauteur posés de niveau dans une maçonnerie. L’assise désigne également la plate-forme d’un balcon ou d'une logette, portée d’ordinaire par des consoles et sur laquelle repose le garde-corps. à une terrasse à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion.. Celle-ci devance un tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. à traversesÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. latérales. Porte d'origine; châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. partiellement conservés.

Au no121-123 avenue Albert Giraud, façade de six niveaux, le deuxième entresolé, le dernier d'attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement. en demi-niveau, fortement simplifiée par rapport à l'élévation prévue. Elle compte deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. vers l'avenue Huart Hamoir et quatre vers l'avenue Giraud, reliées par une travée biaiseTravée d’angle, située de biais, généralement à quarante-cinq degrés, par rapport au reste de l’élévation.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires, certaines jumelées, sauf celles d'attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement., à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle.. Deux oriels de trois niveaux, scandés de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau., l'un de deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. vers l'avenue Huart Hamoir, l'autre de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. vers l'avenue Giraud. Travée biaiseTravée d’angle, située de biais, généralement à quarante-cinq degrés, par rapport au reste de l’élévation. percée de l'entrée de l'ancien commerce. Balcon de plan courbe à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion.. Porte privée d'origine, à la dernière travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de l'avenue Giraud, et châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. partiellement remplacés.

Sources

Archives
ACS/Urb. 141-65, 10-121.

Ouvrages
Le Foyer Schaerbeekois. Société anonyme pour la Construction d'Habitations à Bon Marché. XXVme anniversaire, Bruxelles, [1924], p. 29.

Arbres remarquables à proximité