Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

INCONNU - ONBEKEND1825-1850

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Josse-ten-Noode (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 10871
voir plus

Description

Maison bourgeoise du second qu. du XIXe s., plusieurs fois réaménagée, présentant une façade éclectique d'inspiration classique teintée d'éléments néo-RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine. et dont l'intérieur est transformé pour usage de bureaux depuis 1977.

De 1840 à 1866, cet immeuble fut la demeure du violoniste et compositeur Henri Vieuxtemps, et de ses frères Lucien et Ernest, respectivement pianiste et violoniste comme le rappelle la plaque apposée sur la façade.

En 1913, projet présenté par l'arch. Charles PATRIS qui diffère essentiellement de celui adopté par le traitement des baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à encadrement rect. et sous arcatures au bel étage ; un autre projet de 1941 par l'arch. VAN DE BERG envisage le percement d'une porte à la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiale.

Élévation de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et trois niveaux de hauteur dégressive. Façade en simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. aux étages et pierre blanche au r.d.ch., sur socleMassif surélevant un support ou une statue. de pierre bleue. R.d.ch. à refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages., rayonnants au-dessus de la porte à encadrement mouluré avec clefClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel. en cartoucheDécor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale. et des fenêtres surbaissées à crossettesRessauts décoratifs situés aux angles d’un élément tel qu’un encadrement.. Étages compartimentés par des panneaux moulurés en creux, continus sur les deux niveaux où viennent s'inscrire successivement à la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiale une logette et un balcon. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à appuiAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. de pierre bleue soulignées de panneaux d'allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre., celles du bel étage surbaissées à crossettesRessauts décoratifs situés aux angles d’un élément tel qu’un encadrement. doublées d'un cordonCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition. et frappées d'une clefClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel. à tête d'angelot ; celles du dern. niveau à encadrement déprimé surmonté d'un élément d'entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. et d'un panneau ornemental. Finition d'ancresPièce métallique apparente ou noyée dans l’enduit de façade, fixée à l’extrémité d’un tirant en fer pour solidariser les murs et les planchers. Il existe des ancres purement décoratives, non reliées à des tirants. et de trous de boulin discoïdes ornementés sous la corniche modernisée. Fenestrage soigné et porte à deux vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. à jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. comprenant les lettres L et M entrelacées.

Sources

Archives

ACSJ/Urb./TP 8698 (1913), 13613 (1941), 16590 (1977).