Typologie(s)

entrepôt/dépôt
brasserie
maison bourgeoise

Intervenant(s)

Styles

Éclectisme
Néoclassicisme

Inventaire(s)

  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Josse-ten-Noode (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 10659
voir plus

Description

Ensemble de bâtiments industriels s'étendant sur tout l'intérieur de l'îlot jusqu'à la r. Braemt (voir nos 60 à 80) érigés en phases successives de 1881 à 1960.

Les immeubles de la r. des Deux-Tours d'après permis de bâtir de 1896, à l'exception des nos 65-67 – maison d'habitation d'inspiration néoclassique semblable au no 63 - érigée en 1881 et transformée en brasserie en 1926. Des nos 71 à 75, à l'origine successivement magasin à bière et brasserie, immeuble d'accès vers la cour intérieure, immeuble d'habitation et écuries, l'ensemble modernisé à plusieurs reprises, act. en attente d'une nouvelle affectation.

À g. deux bâtiments implantés perpend. sous toitures de tuiles, celle du second surmontée sur toute sa longueur par un lanterneau. Façade en briques sur soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. de pierre bleue, marquée par des bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. horizontaux en enduitL'enduit est un revêtement de plâtre, de mortier, de stuc, de ciment, de lait de chaux, de simili-pierre, etc. peint, respectivement de deux et trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sur quatre niveaux, le dern. inclus dans le haut des pignonsPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc.. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. rythmée par trois séries de fenêtres basses à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. bombé, rehaussée d'éléments de pierre bleue ; fenêtre axiale cintrée ajourant le pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. de g., porte centrale inscrite au dern. niveau du pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. de dr. Les ouvertures conservant des châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à petits-bois.

Rue des Deux-Tours 65-67, 71 à 75, Brasserie Aerts. En-tête de papier à lettre, présentant la situation au début du XXe s.

À dr. de cet ensemble, bâtiment de trois niveaux et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous toiture plate donnant accès à la cour. Façade en briques sur soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. de pierre bleue, scandée par des bandes horizontales en ciment peint. Au r.d.ch.: porte de garage à deux battants sous linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée. surmonté de l'inscription peinte « Brasserie Aerts ». Au ler étage, deux grandes fenêtres à châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. métalliques à divisions, au 2e ,deux petites fenêtres rect. à châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. de bois datant de 1920.

À côté de ces bâtiments industriels, J. Aerts fit ériger au no 73 une maison bourgeoise de style éclectique dont la façade enduite est marquée par des éléments de pierre bleue (soubassement à refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages., plate-bandeCouvrement clavé rectiligne d’une baie. La plate-bande se distingue du linteau par le fait qu’elle est appareillée, tandis que le linteau est d’un seul tenant. Elle peut être feinte et masquer un linteau., cordonsCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition., consoles).

À l'extrême dr., sur l'emplacement d'anc. écuries, bâtiment construit v. 1960, de trois niveaux et quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., à façade en briques sous toiture plate, simplement percée de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. et d'une porte de garage.

Sources


Archives
ACSJ/Urb./TP 2548 (1881), 5181, 5182, 6632 (1897), 9416 (1922), 10260 (1926), 15533 (1960).

Ouvrages
Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles, Saint-Josse-ten-Noode, AAM, Bruxelles, 1980-1982, fiche 1.

Arbres remarquables à proximité