La r. de la Source, orientée est-ouest, monte de la pl. Julien Dillens à la ch. de Charleroi. La rue croise successivement les r. d'Écosse, la pl. Loix et la r. de Lausanne, puis la r. Capouillet. Elle est en partie tracée sur l'assiette d'un anc. chemin vicinal, le chemin de Saint-Gilles vers l'Arbre Bénit, également dénommé r. du ou des Sables, qui menait aux sablonnières situées un peu plus haut dans le quartier et à l'Arbre Bénit à Ixelles. Son nom fait référence à la source de l'Elsbeek, qui jaillissait dans le haut de la rue, aux environs du carrefour avec la r. Capouillet.

Cette artère connaît une 1re vague d'édification, de 1865 à 1877, qui se concentre dans la 1re moitié de la rue. Les maisons y sont néoclassiques, certaines act. fortement modifiées. De 1884 à 1894, une très belle enfilade de bâtiments de style éclectique d'inspiration néo-Renaissance flamande voit le jour dans le dern. tronçon de la rue, du côté impair. Entre 1923 et 1935, plusieurs bâtiments de style éclectique tardif, Beaux-Arts ou Art Déco, sont érigés dans le dern. tronçon de la rue, côté pair.

En 1869, l'arch. Jean-Pierre Cluysenaar fait construire sa maison personnelle au No 68, act. détruit, qui abritera plusieurs ateliers d'artistes dont celui de son fils, Alfred Cluysenaar (voir no 70-72). L'architecte y décédera en 1880. En 1909, le décorateur Charles Gustave Saintenoy y établit un second atelier de peinture.


Nos ne figurant pas en notice : 3-5 : immeuble à appartements, arch. W. Doorenbos-Boucq, 1935, r.d.ch. recouvert de cimorné ; 12-14, pl. Julien Dillens 1 et r. Berckmans 128 : vaste immeuble d'angle, abritant des bureaux, des logements et un hôtel, de style post-moderne. Arch. Janssens et Associés, 1990. Il remplace, r. de la Source, plusieurs maisons néoclassiques ; 29, 31, 33 : ensemble de trois maisons anc. identiques, d'inspiration néoclassique, 1875. Soubassement du no 29 percé d'une porte de garage en 1973 ; 30 : maison de quatre travées, flanquée à g. d'un atelier de menuiserie, 1869, l'ensemble, re-parementé et surhaussé d'un niveau, act. aménagé en logement ; 32, 34 : deux maisons de style éclectique à façade polychrome, 1896, le no 32 act. profondément transformé ; 35 : maison néoclassique, 1874, act. dérochée ; 38 : maison néoclassique, érigée avant 1880, châssis d'origine ; 39, 41 et r. d'Écosse 59 : deux maisons néoclassiques, 1874, arch. et commanditaire Alexandre Vallée. R.d.ch. commercial modifié au no 41 et r. d'Écosse 59. no 39 act. enduit à faux-joints, exhaussé d'un niveau en 1928 ; 44-46 et r. d'Écosse 62 : deux maisons néoclassiques, 1874 (selon De Keyser, G., 1996), le no 44-46 modifié au r.d.ch. ; 48 : maison néoclassique, 1876, act. enduite à faux-joints ; 50 : maison néoclassique, 1876, act. enduite à faux-joints ; 54, 58 : deux maisons néoclassiques, 1879, le no 54 exhaussé d'un niveau en 1928 ; 56 : immeuble résultant de la transformation, en 1961, d'une maison de 1875 ; 62 : maison néoclassique, 1869, exhaussée d'un étage. Remplacement des garde-corps et nouvel enduit à faux-joints en 1930 ; 63, 65 : deux maisons néoclassiques, 1870, le no 63 exhaussé d'un niveau en 1895, le no 65 modifié au r.d.ch. en 1937 ; 64 : maison néoclassique, modifiée au r.d.ch. et recouverte de briquettes ; 66 : immeuble à appartements, atelier d'arch. TAO sprl, conçu en 1993 à la place d'une maison de 1874 ; 67 : immeuble à appartements, arch. J. Wilquet, 1963, érigé à la place d'une maison de 1871 ; 69 : maison néoclassique, 1873, act. recouverte de briquettes ; 70-72 : vaste immeuble de bureaux et de logements, 1991, bureau d'arch. VD VH et Associés, remplaçant, une maison avec atelier dessinée par l'arch. Jean-Pierre Cluysenaar en 1869 et transformée par le décorateur Gustave Saintenoy entre 1903 et 1909 ; 73 : maison néoclassique, 1871. R.d.ch. commercial modifié, balcon et garde-corps remplacés, porte d'origine sous jour d'imposte à vitraux ; 75 : maison néoclassique, 1871 ; 88 : immeuble de rapport, 1959, arch. édouard Draps.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Ouvrages

BERNIER, F., Monographie de Saint-Gilles-les-Bruxelles, Histoire et description illustrée, Bruxelles, 1904, p. 272.

CLUYSENAAR, F., Une famille d'artistes. Les Cluysenaar, éd. M. Weissenbruch, Bruxelles, 1928, pp. 5-6, 11-132.

GUILLAUME, A., MEGANCK, M., ORTIGOSA, C., et al., Atlas du sous-sol archéologique de la Région de Bruxelles : 13 Saint-Gilles, Bruxelles, 2004, pp. 38, 78.

LOZE, P., (dir.), Poelaert et son temps (Catalogue de l'exposition), Crédit Communal de Belgique, Bruxelles, 1980, pp. 153-163.

Saint-Gilles Ensembles urbanistiques et architecturaux remarquables, ERU ASBL, Bruxelles, 1988, p. 68.

VAN SANTVOORT, L., Het 19de-eeuwse kunstenaarsatelier in Brussel (doctoraal proefschrift, sectie Kunstwetenschappen en Archeologie) VUB, Bruxelles, 1995-1996.


Périodiques
DONS, R., « Les voies de communication à Obbrussel-Saint-Gilles jusqu'au début de 1840 (2e partie) », Le Folklore brabançon, 272, 1991, pp. 328-356.

Archives des numéros ne figurant pas en notice 
ACSG/Urb. 5, 7 : 113 (1935) ; 12, 14 : voir pl. Julien Dillens 1 : 1989-129 (1990) ; 29, 31, 33 : 2947 (1875) ; 29 : 7 (1973) ; 30 : 596 (1869) ; 32, 34 : 577 (1896) ; 35 : 2380 (1874) ; 38 : 6650 (1880) ; 39, 41 : 2585 (1874), 61 (1928) ; 50 : 3544 (1876) ; 54, 58 : 6132 (1879) ; 54 : 139 (1928) ; 56 : 1775 (1875), 140 (1961) ; 62 : 7111 (1869), 213 (1930) ; 63, 65 : 737 (1870) ; 63 : 213 (1895) ; 65 : 109 (1937) ; 66 : 2410 (1874), 1992-250 (1993) ; 67 : 1005 (1871), 94 (1963) ; 69 : 1995 (1873) ; 70-72 : 4194 (1869), 312 (1903), 11 (1905), 324 (1909), 1990-15 (1991) ; 73 : 1579 (1887) ; 75 : 8579 (1871) ; 88 : 90 (1959).