Vaste place rect. implantée sur un terrain en déclivité. Anc. dénommée pl. de Parme, elle est rebaptisée en 1911 « en témoignage des services rendus à l'enseignement pendant 25 ans par Louis Morichar, conseiller communal et échevin de l'Instruction publique et des Beaux-Arts », comme l'indique une plaque commémorative sur la façade de l'Athénée royal Paul Delvaux, au no 56 de la place (voir r. de la Rhétorique no 14-16).

Avant l'urbanisation de Saint-Gilles, le terrain correspondant approximativement à l'act. pl. Morichar et à ses abords était riche en sources et la terre était vouée à la culture maraîchère. Jusqu'aux environs de 1661, les sources étaient exploitées par les couvents de Saint-Pierre et des Capucins qui avaient fait construire des réservoirs et poser des tuyaux amenant en ville l'eau destinée à la consommation de leurs communautés respectives. V. 1661, la Ville de Bruxelles acquiert ce terrain, qui sera dénommé plus tard « terrain des sources à Saint-Gilles », un espace de 230 ares, dont l'eau servira à alimenter le haut de la cité. La Ville perfectionne le système d'exploitation mis au point par les couvents. Au XVIIIe s., une vingtaine de puits et puisards maçonnés étaient répartis sur le terrain qui alimentaient deux réservoirs. En 1862, un vaste plan d'aménagement est dessiné par Victor Besme, inspecteur voyer des faubourgs de Bruxelles, entre les ch. de Waterloo, de Charleroi, le quartier Louise et le bd de Waterloo. Le « terrain des sources à Saint-Gilles » est alors voué à la disparition. La Ville met fin à l'exploitation des sources v. 1874. Au début, aucune place publique n'était encore envisagée. Des travaux de remblayage et de nivellement particulièrement importants sont réalisés jusqu'en 1881. Le Collège échevinal de Bruxelles décide du lotissement du terrain en 1882. Les lots sont tous vendus entre 1897 et 1902 et les bâtiments s'édifient rapidement.

Place Louis Morichar (Collection cartes postales A. van Bellingen, v. 1900).
Place Louis Morichar (Collection cartes postales A. van Bellingen, v. 1900).

En 1898, la commune de Saint-Gilles introduit une demande à l'Administration de Bruxelles en vue d'acquérir un terrain d'environ 6.900m2, dans le but d'y établir un « square public ». La place est alors aménagée. Elle sert d'abord de champ d'exercice pour la garde civique et de plaine de jeux pour enfants. Son organisation actuelle est celle d'un aménagement de 1958. La pente du terrain est rachetée par trois terrasses occupées par des terrains de sport et des jardinets. Une construction, ouverte par un portique, divise la place. À l'origine à usage de vestiaire, ce bâtiment sert act. de préau.

L'entièreté du front nord-ouest de la place est occupée par l'Athénée Paul Delvaux, conçu en 1880 et donc antérieur à l'aménagement du square. Établies sur des parcelles régulières de 6 à 7 m de large, les maisons bourgeoises qui bordent la place offrent une grande variété de styles, principalement éclectique et Art nouveau. Les deux tiers des plans sont signés par des arch., le reste par des entrepreneurs. Le constructeur le plus actif sur ce square est Gilion Wittebort, entrepreneur et architecte, auteur d'une enfilade de maisons du côté nord-est de la place (voir nos 5 à 12). Les nos 2 et 18, conçus resp. en 1902 et 1901, sont d'inspiration néoclassique et de composition asymétrique. Au no 29, à l'angle de la r. d'Espagne, se dresse un imposant immeuble de bureaux conçu en 1973 par l'arch. René Brewaeys, en remplacement de cinq maisons unifamiliales. L'immeuble, de plan en L, est percé de fenêtres en bandeau. Les nos 22, 23 et 24 ont été conçus en ensemble avec les nos 1 et 3 r. d'Irlande, par et pour les entrepreneurs Pierre et Joachim Vuy en 1892.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACSG/Urb. 2 : 83 (1902) ; 18 : 183 (1901) ; 22, 23, 24 : r. d'Irlande nos 1, 3 : 2974 (1892) ; 29 : (1973).
Collection cartes postales Dexia Banque

Ouvrages
Jubilé Administratif de M. Louis Morichar, Échevin, 1886-1911, Commune de Saint-Gilles-lez-Bruxelles, Bruxelles, 1911.
Saint-Gilles. Ensembles urbanistiques et architecturaux remarquables, ERU asbl, Bruxelles, 1988 p. 174.
DONS, R., « Un aspect de l'alimentation en eau de la ville de Bruxelles, à propos du ‘Terrain des sources à Saint-Gilles', propriété de la ville de Bruxelles (1661-1902) », Cahiers bruxellois, t. XIX, 1974, pp. 14-45.