Délimitée par la r. de l'Hôtel des Monnaies et la ch. de Waterloo, ce tronçon occidental de l'av. de la Toison d'Or fut débaptisé en 1947 pour rendre hommage à l'ancien ministre Henri Jaspar (1870-1939) qui y habita. Partie intégrante de la petite ceinture, cette avenue est percée sur l'ancien tracé des remparts suivant l'AR du 17.08.1844. Les r. Berckmans, de la Linière et de la Victoire y aboutissent.

L'avenue est bâtie entre 1865 et 1893. Elle constitue l'une des dernières portions de la petite ceinture à encore aligner autant de maisons de maître ayant conservé leur caractère. L'avenue est par ailleurs dotée de quelques maisons de rapport à r.d.ch. commercial. Si la typologie dominante est de style néoclassique, plusieurs immeubles témoignent du succès des styles historicistes dans les années 1880.

Entre la r. Berckmans et la ch. de Waterloo, le tracé est modifié en 1875 après la destruction de la manufacture La Linière. La 1re partie de l'avenue forme avec les r. de l'Hôtel des Monnaies et Berckmans un îlot de forme triangulaire où la plupart des parcelles sont traversantes. Sur la partie comprise entre la r. de la Victoire et la ch. de Waterloo se trouvait une maison de 1834, détruite en 1924 (voir no 135-138). Dès les années 1930, la cohérence originelle du bâti est mise à mal par la construction de deux immeubles à appartements (voir nos 91 et 120).

Après la Seconde Guerre mondiale, cette évolution se confirme. Au no 113-114-115, un bâtiment de style International remplace l'Hôtel Speekaert, habité par le peintre paysagiste Léopold Speekaert et transformé en musée par la Commune après le décès de l'artiste en 1915.

 

Nos ne figurant pas en notice : 88 : maison d'angle anc. néoclassique, 1881, dotée d'une remarquable devanture commerciale de style Art Déco en 1928 (arch. Albert Van Huffel), l'ensemble malheureusement transformé en 1954 ; 94 : maison de maître anc. éclectique, 1874, proche à l'origine du no 92 (même commanditaire), transformée ultérieurement ; 103 : maison néoclassique, géomètre H. Leeman, 1865, sur parcelle traversante avec le no 149 r. Berckmans (remise et mur). Elle est mansardée en 1952 (arch. René Brayard) et dérochée ; 108 : Église de Jésus-Christ des Saints des derniers Jours. Maison anc. néoclassique, 1873, fortement modernisée par Harry Courtens en 1954 ; 117-118 : immeuble à appartements Les Argonautes, construit par la SA Etrimo-Classes moyennes, arch. Jean Florian Collin, 1957, en remplacement d'une maison de 1876 avec bâtiment arrière de 1881 ; 119 : maison de 1877, profondément transformée (devanture commerciale) en 1941, arch. F. Neerdaels ; 122 : maison d'angle avec mur de clôture, 1891, porte métallique et logette établies en 1927, arch. Jo De Bouver, parement de briquettes et de simili-pierre en 1962, garage en 1980 ; 131 : immeuble à appartements, arch. Bouillart, 1958, en remplacement d'une maison de rapport de 1876 ; 132 : maison néoclassique, 1876, construite en ensemble avec le no 6 r. de la Victoire, sur parcelle traversante. R.d.ch. commercial établi en 1936, arch. Albert Huvenne ; 133 : maison de rapport, 1876, aménagement d'une salle de café, arch. Raoul Fastré, 1928, imposte de la vitrine à vitraux.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Ouvrages
Musée Speekaert, Avenue de la Toison d'Or, 114, Commune de Saint-Gilles-lez-Bruxelles, Bruxelles, s.d., p. 5.

Archives de numéros ne figurant pas en notice
ACSG/Urb. 88 : 168 (1881), 142 (1928), 85 (1954) ; 94 : 2316 (1874) ; 103 : 4014 (1865), 103 (1952) ; 108 : 2090 (1873), 93 (1954) ; 117-118 : 3725 (1876), 234 (1881), 61 (1957) ; 119 : 4398 (1877), 61 (1941) ; 122 : 2774 (1891), 317 (1927), 43 (1962), 28 (1980) ; 131 : 3703 (1876), 27 (1958) ; 132 : 3702 (1876), 191 (1936) ; 133 : 3217 (1876), 153 (1928).
ACSG /TP. (Fonds non classé).