Typologie(s)

église/cathédrale/basilique
salle paroissiale
orgue

Intervenant(s)

J. DE SMETarchitecte1965-1967

Patrick COLLONfacteur d'orgues1976

W. LATEIRarchitecte1965-1967

Styles

Brutalisme

Inventaire(s)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

Recherches et rédaction

2019

id

Urban : 38588
voir plus

Description

Eglise construite en style moderniste pour le centre paroissiale Heymbosch et par les architectes bruxellois Willi Lateir et F. De Smet, 1964. Ajouts d’annexes et/ou modifications en 1974, 1976, 1977, 1979 et 1982.

La densification des nouveaux quartiers principalement sociaux, c’est-à-dire la cité jardin Heymbosch et la cité Modèle, mène en 1963 à la création d’une nouvelle paroisse. En attendant la construction d’une église, les cérémonies se tiennent dans la chapelle de l’hôpital Brugmann. La demande de permis de bâtir est introduite en 1964 et les travaux de construction se déroulent de 1965 à 1967. Le bâtiment religieux comprend une salle de cérémonie, ainsi qu’une salle de fête, un bar et de petits locaux de réunions.

Cette église-maison est définie par sa sobriété, son échelle humaine et son emplacement discret par rapport à son contexte. Le bâtiment est influencé par les nouvelles normes du deuxième Concile du Vatican (1962-1965): l’organisation spatiale facilite le rapport entre l’assemblée et le célébrant. C’est pourquoi la salle de cérémonie est rectangulaire et pourvue de larges bancs autour de l’autel situé sur un podium. L’apport gracieux de lumière naturelle, et l’ambiance familiale de la salle de culte témoignent également de l’influence post-concile.

Bâtiment
Volume sobre de plan rectangulaire sous toiture plate. Le béton poli, la brique, le bois et le verre sont les matériaux de base qui forment un ensemble harmonieux.

Façade principale au nord (avenue Joseph De Heyn) accessible de la rue par un large et sobre escalier; croix monumentale en béton (architecte Henri Peremans, 1977) à gauche de cet escalier. Porche sous auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. divisé en six par des colonnes en béton.

Façades sud et ouest presque aveuglesUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre.. Annexes le long de la façade sud plus basses que le bâtiment principal et parées de briques similaires, sous toiture plate.

La façade est, en pente, est haute de trois niveaux: à gauche, rez-de-chaussée avec loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. à colonnes en béton (actuellement la partie droite est fermée) surmonté de six grandes baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. scandées de piliersSupport vertical de plan carré. en béton et sous fenêtres basses en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade.. A droite, mur aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre. avec jeux de briques ajourées.

L’église est entourée d’espaces verts avec quelques arbres remarquables.

Intérieur
L’intérieur témoigne d’une sobriété par l’usage de matériaux simples tels que le béton lissé pour le mobilier liturgique et le carrelage pour le sol. Cette sobriété est renforcée par la structure du bâtiment rendue visible (murs en briques, colonnes en béton et la charpente en bois).

La partie est du bâtiment comprend des pièces secondaires dont, répartis sur les trois étages, une cuisine, deux grandes salles, les sanitaires et plusieurs petites salles de réunion.

La salle de cérémonie se trouve du côté ouest et est accessible par un hall d’entrée qui donne sur la façade nord. La salle est rythmée par des colonnes le long des murs et une lumière naturelle zénithale en bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade.. Le plafond est revêtu de lambris en bois.

À l’angle du hall d’entrée et de la salle de cérémonie une chapelle de semaine a été ajoutée plus tardivement.

L'autel, la chaire, le tabernacle (signé C. Nicaes) et les fonts baptismaux conçus pour l'église Sainte-Claire ont été coulés sur place en béton blanc. Ainsi ils forment un ensemble harmonieux et témoignent du style fonctionnaliste et minimaliste. Les deux statues murales en terre cuite de Sainte-Claire (avec une maquette de l'église dans ses bras) et de Marie avec l'enfant Jésus sont signées Raf Mailleux. La conception simultanée du mobilier liturgique, des oeuvres d'art et du bâtiment confère à l'ensemble l'aspect d'une oeuvre d'art totale.

L’orgue du chœur moderne du facteur Patrick Collon (1976) se trouve actuellement (depuis approximativement 2018) dans l’église Saint-Guidon à Anderlecht.

Sources

Archives
ACJ/Urb. J3855 (1964), J4940(1974), J5141 (1976), J5195 (1977), J5348 (1979), J8582 (2009).

Ouvrages
Capelle, P., Les églises à Bruxelles. Kerken te Brussel, Mechelen, 1995.
Coekelberghs, D., W. Janssens, Fotorepertorium van het meubilair van de Belgische bedehuizen. Provincie Brabant. Kanton Jette, Brussel, 1977.
Van den Haute, R., J.P. Denis en G. Paulus, 900 jaar christelijke aanwezigheid te Jette. 1095-1995, Brussel, 1998: p. 199-200.

Sites internet

Orgues en Région de Bruxelles-Capitale