Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Adrien BLOMMEarchitecte1931

Styles

Traditionnalisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2011-2013

id

Urban : 21603
voir plus

Description

Maison bourgeoise de style traditionaliste, architecte Adrien Blomme pour la Compagnie Générale d'Entreprises Immobilières COGENI, 1931.
Elle est achevée en 1937 par l'architecte Antoine Courtois qui apporte quelques modifications au plan originel.

La maison fait partie d'un clos résidentiel construit entre 1928 et 1931 selon le plan de lotissement et les prescriptions urbanistiques de l'architecte Adrien Blomme (voir notice de rue).

Élévation de trois niveaux et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., la principale coiffée d'un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits. Travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée devancée d'un avant-corps peu profond lui aussi sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits (cartouche) et flanqué à gauche d'une petite annexe sous toit en appentisToit à un seul versant. (w.c.); porte d'entrée mise en valeur par un sobre encadrement de pierre. Façade latérale marquée d'une logette à assiseRang d’éléments de même hauteur posés de niveau dans une maçonnerie. L’assise désigne également la plate-forme d’un balcon ou d'une logette, portée d’ordinaire par des consoles et sur laquelle repose le garde-corps. à doucinesMoulure de profil en S, composée d’une courbe raccordée à une contre-courbe.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires de tailles variées. AncresPièce métallique apparente ou noyée dans l’enduit de façade, fixée à l’extrémité d’un tirant en fer pour solidariser les murs et les planchers. Il existe des ancres purement décoratives, non reliées à des tirants..
En 1937, l'architecte Antoine Courtois remplace la porte de garage initialement prévue par une fenêtre (à droite de la porte). L'actuelle lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. remplace une lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à l'origine plus petite et de forme triangulaire (après 1958).

Sources

Archives
ACI/Urb. 294-23.

Arbres remarquables à proximité