Typologie(s)

maison et atelier d’artiste
maison bourgeoise

Intervenant(s)

Ernest DELUNEarchitecte1902

CLAS GRUNER STERNER(maître) verrier1902

Statut juridique

Classé depuis le 23 octobre 2003

Styles

Art nouveau
Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2009-2011

id

Urban : 19656
voir plus

Description

Maison avec atelier d'artiste construite sur une parcelle traversante, et résultant d'une construction en deux phases: la première, de 1893, a consisté en la construction de la maison éclectique sise rue de la Vallée (n°5), pour un dénommé Victor Marchal qui fait très vraisemblablement appel à l'architecte Ernest Delune. En 1902, Ernest Delune réalise pour ce même V. Marchal l'annexe de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. côté rue du Lac (n°6).

Rue de la Vallée, la maison fait partie d'une remarquable enfilade de maisons bourgeoises conçues la même année par le même architecte, allant du n°1 au n°17.

La maison a été longtemps occupée par le maître-verrier d'origine autrichienne Clas Gruner Sterner, qui y avait également son atelier. La carrière bruxelloise de cet artiste demeure inconnue, aucune recherche précise n'ayant été entamée jusqu'ici. Il est probable que le verrier collabora régulièrement avec Ernest Delune qui utilisait souvent le vitrail dans son œuvre architecturale.

Rue de la Vallée, maison originelle construite sur une parcelle étroite et de profondeur réduite. Sobre façade éclectique en briques rouges comptant deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et deux niveaux, sous toiture mansardée. À l'étage, balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. et désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon. de pierre; au-dessus, lucarne passanteUne lucarne est dite passante lorsqu'elle est située dans le plan de la façade et interrompt la corniche ou l’entablement terminal du bâtiment. sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc., munie d'un balconnet. En 1948, aménagement d'un garage au sous-sol, transformation de la porte d'entrée en fenêtre et suppression, au rez-de-chaussée, de l'escalier. Façade grevée d'une servitude non-aedificandi aménagée en jardinet participant à la conception paysagère et pittoresque du quartier des Étangs; la grille de clôture à l'origine en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. a disparu.

Rue du Lac 6 (photo 2011).

Rue du Lac, façade conçue dans un style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. très original, dans laquelle les très remarquables vitraux déterminent toute la composition. Réalisés par le maître verrier Clas Gruner Sterner, les vitraux de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. (proches du style de l'école viennoise) reprennent des motifs végétaux.
Construite en briques et en pierre blanche, elle compte deux étages et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. reflétant les fonctions attribuées aux espaces internes: à gauche, porte d'entrée ouvrant sur le vestibule; au-dessus, à l'étage, pièce de petite dimension; à droite, monumental vitrail éclairant la cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier.; au dernier étage, atelier d'artiste éclairé par une sorte de bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. de plan trapézoïdal occupant la quasi totalité de la largeur de la façade et surligné par la corniche.
La porte d'entrée est ornée de vitraux dont les motifs sont en synergie avec le cercle qui l'englobe. Ce motif architectural en cercle est également repris dans la partie supérieure du vitrail qui éclaire la cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier..
Fenêtre de cave et bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. munis d'une grille Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage..

Intérieur
La conception de l'espace interne de l'habitation est extrêmement simple. Les pièces de la rue de la Vallée communiquent avec la maison de la rue du Lac par l'intermédiaire des paliers de la cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier. (rue du Lac). Dans l'atelier, le manteauManteau de cheminée. Construction d’ordinaire en marbre, renfermant le foyer d’une cheminée. de cheminée est décoré de céramique, d'un esprit typiquement Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise..

Classement 23.10.2003

Sources

Archives
ACI/Urb. 295-5 ; 190-6.

Ouvrages
AUBRY, F., VANDENBREEDEN, J., VANLAETHEM, F., Art nouveau, Art déco et Modernisme, Éditions Racine, Bruxelles, 2006 (Collection Architecture en Belgique), p.96.
BORSI, F., WIESER, H., Bruxelles capitale de l'Art Nouveau, éd. J.-M. Collet, Braine-l'Alleud, 1996 (Collection Europe 1900), pp.276, 277.
Ferronnerie de Style Moderne, Motifs exécutés en France et à l'étranger, 2e série, Ch. Smid, s.d., Paris, pl. 12.