Cette rue relie l'avenue de la Couronne au rond-point qu'elle forme avec les rues Jean Paquot, Félix Bovie, de la Cuve et de la Levure. Les rues Alphonse Hottat et Alfred Giron y débutent.

La rue des Liégeois est incluse dans le Plan de la transformation du quartier du Cygne, compris entre la rue Gray, la place Flagey (Sainte-Croix à l'époque), la chaussée de Boondael et l'avenue de la Couronne –tout comme les rues de la Brasserie, de la Cuve, de la Levure, du Germoir et du Serpentin. Elle résulte de l'élargissement de la Montagne du Cygne, ancienne rue ainsi dénommée parce qu'elle arpentait le Zwaenenberg –versant gauche de la vallée du Maalbeek. Ce quartier ne comportait auparavant que quatre rues étroites: la rue de la Fontaine (Fonteinstraet), la rue de la Digue (Damstraet), la Montagne du Cygne et la rue du Cygne. Les trois premières sont élargies tandis que la dernière disparaît. Ce plan, dessiné par l'inspecteur-voyer Victor Besme, est ratifié par arrêté royal le 25.05.1894.

À partir de 1896, la Montagne du Cygne est rebaptisée rue de l'Orge. À l'instar de l'ensemble des rues de ce quartier (brasserie, cuve, serpentin, levure, germoir et orge), cette dénomination rappelle que cet endroit avait été autrefois le centre d'une importante industrie brassicole. Ce n'est qu'après 1945 que la rue est dédiée aux enfants liégeois évacués de la ville menacée par les chutes de V1 et accueillis à Ixelles. Il existe également une rue des Ixellois à Liège.

Derniers bâtiments de l’[i]hof ten Voirde[/i] avant leur destruction, 1912 (©ACI/Urb.), photo reproduite dans GUILLAUME, A., MEGANCK, M., et al, p. 62.

Le long de la Montagne du Cygne se trouvait autrefois deux manoirs-fermes, qui apparaissent sur le plan de J. van Deventer (1550-1554). Le premier, l'hof ten Zwaenenberg, cité dès 1484, se trouvait à l'angle des actuelles avenue de la Couronne et rue des Liégeois. À l'origine, il appartenait aux châtelains de Bruxelles. Les bâtiments furent détruits en 1878 dans le cadre des travaux du percement de l'avenue de la Couronne. Le second, l'hof ten Voirde, mentionné dès le XIVesiècle, se situait entre les rues A. Hottat et A. Giron. Les derniers bâtiments de ce manoir, qui relevait à l'origine du duc de Brabant, furent détruits en 1913.
Il semblerait qu'une troisième ferme, appelée hof ter Goyten et citée dès 1381, se trouvait à proximité des précédentes, sans doute entre les actuelles rues de la Brasserie et des Liégeois.

La rue des Liégeois se bâtit entre 1896 et 1914. Les dernières maisons, construites autour du rond-point achevant la rue, datent des années 1920. Le bâti est très homogène et particulièrement bien conservé. Ainsi, de grandes enfilades montrent clairement les différentes phases de construction de la rue.
Les maisons datant d'avant 1900 forment une enfilade débutant la rue, côté pair, d'habitations de style éclectique, en majorité de composition asymétrique sur deux ou trois niveaux (voir nos2a à 24, entre 1896 et 1899).
Un grand nombre de maisons sont construites entre 1900 et 1902. Celles-ci débutent la rue, côté impair. Il s'agit d'habitations de style éclectique, de composition asymétrique telles que l'ensemble des nos5 à 9 dû à Joseph Dierickx (1900-1901).
Une troisième phase de construction allant de 1907 à 1911 s'observe au sein de l'enfilade formée par les nos33 à 61. Il s'agit de maisons bourgeoises de style éclectique.
Enfin, après l'ouverture des rues Hottat et Giron en 1913 et la destruction des derniers bâtiments de l'hof ten Voirde, le tronçon compris entre ces deux rues, côté pair, se bâtit de maisons de rapport et de maisons bourgeoises de style éclectique, parfois à rez-de-chaussée commercial et particulièrement imposantes (voir enfilade du n°40 au n°52, entre 1912 et 1914).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACI/TP Historique des rues (1925).
ACI/TP 46.
ACI/TP Q9 Quartier du Cygne.
ACI/Urb. 5 et 7: 203-5; 9: 203-9.

Ouvrages
GONTHIER, A., Histoire d'Ixelles, Le Folklore Brabançon, Impr. De Smedt, Bruxelles, 1960, pp.45-90, 134-135, 160-161, 216.
GUILLAUME, A., MEGANCK, M., et al., Atlas du sous-sol archéologique de la Région de Bruxelles:15 Ixelles, Bruxelles, 2005, pp.61-62.
HAINAUT, M., BOVY, Ph., Le quartier du Cygne (1), Commune d'Ixelles, Bruxelles, 2000 (À la découverte de l'histoire d'Ixelles, 6).
HAINAUT, M., BOVY, Ph., Le quartier du Cygne (2), Commune d'Ixelles, Bruxelles, 2000 (À la découverte de l'histoire d'Ixelles, 6).
Ixelles, Ensembles urbanistiques et architecturaux remarquables, ERU, Bruxelles, 1990, pp.93-98.
LE ROY, P., Monographie de la commune d'Ixelles, Imprimerie Générale, Bruxelles, 1885, pp.295-305.

Cartes / plans
VAN DEVENTER, J., Plan d'ensemble de Bruxelles et environs, 1550-1554.