Typologie(s)

maison ou immeuble de rapport
rez-de-chaussée commercial

Intervenant(s)

Albert HUVENNEarchitecte1909

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

Recherches et rédaction

2009-2011

id

Urban : 19416
voir plus

Description

Remarquable ensemble de huit immeubles de rapport de style éclectique, conçu par l'architecte Albert Huvenne pour le torréfacteur Charles Aimé Lambrecht, 1909. Les nos50-52-54 et 56-58-60 sont signés à hauteur de soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. «A(lbert) Huvenne / arch».

Les huit immeubles ont le même gabarit, soit quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sur quatre niveaux, et se différencient par leurs parements et leurs éléments de décoration. Ils sont en général semblables deux à deux. Tous les rez-de-chaussée sont à l'origine dévolus au commerce. Celui du n°74-76-78 est transformé en appartements en 1913 et ceux des nos56-58-60, 62-64-66 et 68-70-72 subiront le même sort en 1918. Aux étages, un oriel de plan trapézoïdal couvre les deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. centrales tandis que les travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales sont marquées par des balcons de taille dégressive à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse, une porte-fenêtre, une gaine d'ascenseur... en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Tous les immeubles ont conservé leurs garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse, une porte-fenêtre, une gaine d'ascenseur... en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. d'origine.

Rue de la Brasserie 32-34-36, 38-40-42 et 44-46-48, <a href='/fr/glossary/183' class='info'>élévations<span>Dessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades.</span></a>, ACI/Urb. 46-32-48 (1909).

Aux nos32-34-36 et 44-46-48, élévationsDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. enduites rehaussées d'éléments en pierre bleue. Décor de guirlandes sur chaque oriel. Corniches d'origine.
Au n°32-34-36, devanture commerciale conservée.
Au n°44-46-48, châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. des étages d'origine.

Au n°38-40-42, élévation en briques blanches rehaussée d'éléments en pierre bleue et briques rouges (motifs décoratifs de l'oriel). Fenêtres sous linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée.. Oriel surmonté d'une corniche à corbeauxPièce de pierre ou de bois partiellement engagée dans un mur et portant une charge. Le corbeau se distingue de la console par sa petite taille, il porte généralement un élément en faible saillie. D’autre part, sa section verticale est sensiblement carrée ou rectangulaire. en bois. Corniche et châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. des étages d'origine.

Aux nos50-52-54 et 74-76-78, élévationsDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. en briques blanches rehaussées d'éléments en pierre bleue et garnies de briques colorées (vertes au n°50-52-54; rouges au n°74-76-78). Au troisième étage, fenêtres des travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle., surlignées d'une archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche. et flanquées de lésènesLes lésènes sont des jambes saillantes en répétition sur un mur, réunies par un arc ou par une frise d’arceaux. Ce couronnement d’arc ou d’arceaux distingue la lésène du pilastre..
Au n°50-52-54, corniche, châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. des étages et vitrine de gauche d'origine. Celle de droite a sans doute été transformée en 1918.
Au n°74-76-78, châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. des étages partiellement conservés (un seul a été remplacé).

Aux nos56-58-60 et 68-70-72, rez-de-chaussée en pierre bleue, le reste des élévationsDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. en pierre blanche. Les travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales sont surmontées d'une lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres.. Corniches et châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. des étages d'origine.

Rue de la Brasserie 50-52-54, 56-58-60, 62-64-66, 68-70-72 et 74-76-78, <a href='/fr/glossary/183' class='info'>élévations<span>Dessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades.</span></a>, ACI/Urb. 46-32-48 (1909).

Au n°62-64-66, élévation en briques jaunes rehaussée d'éléments en pierre bleue –dont pointes de diamant–, briques blanches et briques rouges. Fenêtres sous linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée.. Au troisième étage, en travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales, arcs de déchargeArc noyé dans un mur plein, qui surmonte généralement un linteau ou un autre couvrement et sert à le soulager. dont le tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. est décoré de carreaux de céramique. Le même décor se retrouve sur l'oriel. Corniche et châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. des étages d'origine.

Intérieurs. À l'origine, les rez-de-chaussée sont occupés par deux surfaces commerciales et les étages par deux appartements.

Sources

Archives
ACI/Urb. 46-32-48; 46-44; 46-44-46-48; 46-50 à 78.