Typologie(s)

hôtel particulier
maison d’architecte

Intervenant(s)

Raphaël ÉVALDRE(maître) verrier1897

INCONNU - ONBEKEND1872

Paul SAINTENOYarchitecte1897

Statut juridique

Classé depuis le 02 juillet 1992

Styles

Beaux-Arts
Éclectisme
Néogothique
Néo-Renaissance flamande
Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2007-2009

id

Urban : 19082
voir plus

Description

Hôtel de maître de style éclectique, teintée de références à la RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine. italienne, 1872-1897; maison personnelle de l'architecte Paul Saintenoy (1862-1952).

En 1897, l'architecte acheta la maison, datant de 1872, à l'agent de change Ferdinand Grosjean. À cette date, Paul Saintenoy rénove la façade et agrandit la maison à l'arrière d'une annexe. Le jardin se prolongeait à l'origine jusqu'à la rue Mercelis, mais fut en 1954 divisé et construit (rue Mercelis nos56 et 58). La famille Saintenoy habita la maison jusqu'à la mort de Paul Saintenoy en 1952. Depuis 1956, elle est la propriété de la Mission catholique hongroise.

Rue de l’Arbre Bénit 123, entrée (2009 © bepictures / BRUNETTA V. – ERBERLIN M.)

Façade avant, de 24 mètres de long, en pierre blanche, de deux niveaux et de quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. Les trois premières travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sont couvertes d'un toit mansardé en ardoises, percé d'œils-de-bœuf. Troisième travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. prise entre pilastreset couronnée d'un toit en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon., percé d'une lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à décor éclectique et d'une fenêtre d'atelier côté nord. Influence italienne perceptible dans le traitement des encadrements des baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement.. Quatrième travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., plus sobre, percée de fenêtres rectangulaires et coiffée d'un toit plat. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. conservée; châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à petits-bois parfois garnis de verre coloré. En travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'accès, barre d'appuiPetit garde-corps de faible hauteur et non saillant, compris dans l’embrasure d’une fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage., probablement récupérée et datant du XVIIIe siècle.

Façade arrière de deux niveaux et de quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous toiture mansardée à lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres.. À gauche, avant-corps de deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et d'une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sur le retour. À la deuxième travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., large balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. pansuUn garde-corps est dit pansu lorsqu'il se cintre en doucine en élévation. en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion.. Décor de la façade arrière comparable à celui de la façade à rue. Avant-corps en briques scandé de bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. en simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. et autres travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. en simili. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. conservée; porte vitrée au rez-de-chaussée. Petite terrasse agrémentée de chapiteauxCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. corinthiens (récupération).

Rue de l’Arbre Bénit 123, vitrail

Intérieur

L'intérieur reflète fidèlement les goûts éclectiques du maître des lieux. Architecte et restaurateur, Paul Saintenoy s'affirme en effet vers 1900 comme l'un des représentants de l'Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. (voir Old England, 1899), tout en portant un grand intérêt à l'architecture historiciste (voir Pharmacie Delacre, 1895). Défenseur de l'architecture ancienne de Bruxelles, il s'impose aussi comme restaurateur, notamment de la Ravensteinhof (1899). L'intérieur de sa maison renvoie non seulement à ces différents styles, mais met également en œuvre des matériaux récupérés de maisons bruxelloises démolies à l'époque.

Un grand hall à bossages classiques mène dans l'axe au jardin et, à droite, à la cave voûtée (environ 150 m²) avec cuisine, espaces et escalier de service; plus loin, accès à un couloir situé un peu plus haut. Celui-ci s'ouvre vers l'escalier, la bibliothèque, le grand salon et la salle à manger, tous avec des parquets en bois et portes en chêne de Hongrie, rehaussées de ferrures en cuivre Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise..

Couloir à lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce., à frisesBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. ornées de tapisseries mécaniques et plafond à caissons coloré.

Rue de l’Arbre Bénit 123, vitrail (photo 1994).

Dégagement de l'escalier avec portique à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. et pilierSupport vertical de plan carré. central, de style néo-RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine., à gauche escalier de style Louis XIII avec départ d'esprit rococo représentant saint Michel, vraisemblablement récupérés d'une maison démolie rue des Sables. À droite, en dessous de la première volée, portes Renaissance flamande et encadrements de réemploi. Au premier palier, panneau de porte du XVIe siècle partiellement récupéré, avec monogramme «P» et «F», et texte coupé (illisible). En haut de la deuxième volée, niche néogothiqueLe style néogothique (à partir de 1860 environ) est une tendance architecturale mettant à l’honneur les formes ogivales et verticales issues du moyen-âge gothique. Le style néo-Tudor s’inspire plus particulièrement du style gothique teinté de Renaissance qui fleurit en Angleterre sous le règne des Tudors. abritant un plâtre représentant saint Michel et le dragon, esquisse de celui que l'architecte créa pour le Palais de la Ville de Bruxelles à l'Exposition universelle de Bruxelles de 1897. Fenêtre à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. partiellement garnie d'un vitrail de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., signé «Evaldre, Bruxelles».

Salle à manger (à l'avant) garnie de hauts lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. et couverte d'un plafond à faux caissons peints de grisaillesDécor monochrome en camaïeu de gris. RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine. sur une imitation de cuir doré.

Rue de l’Arbre Bénit 123, plafond de la bibliothèque (photo 1994).

Bibliothèque (à l'arrière) sous plafond à poutres néogothiques; poutre maîtresse sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. sculptées en forme d'hommes assis. FriseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. continue, avec allusions au métier d'architecte (compas, triangle, plomb, ...) et dans un angle, représentation d'un forgeron.

Grand salon présentant un plafond similaire, avec consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. sculptées, beaux parquets et un magnifique vitrail Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. intitulé L'ondine énigmatique, inspiré de La Vague de Privat Livemont et exécuté par Raphaël Evaldre.

À l'étage, chambre à coucher des parents et salle de bain (aujourd'hui transformées en chapelle et sacristie), salon néo-RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine. et chambres d'enfant.


Sous le toit, atelier orienté au nord et éclairé d'une large fenêtre, chambres du personnel et réservoir à eau.

Classement 02.07.1992

Sources

Archives
ACI/Urb. 21-123; 230-56; 230-58.

Ouvrages
DE KUN, N., Cahiers de l'hôtel Saintenoy, 4 tomes, 1994.
NÉMETH, F., The House of Paul Saintenoy, hotel Saintenoy, memoir M. SC. Degree in architecture, KUL, 1992.

Périodiques
DULIÈRE, C., «Het huis Saintenoy», De woonstede door de eeuwen heen, 76, Bruxelles, 1987, pp. 80-83.
KALLAY, O., «L'Hôtel Saintenoy – la Maison Hongroise», Maisons d'hier et d'aujourd'hui, 123, Bruxelles, 1999, pp. 31-36.

Divers
DULIÈRE, C., Classement éventuel de l'immeuble 123 rue de l'Arbre-Bénit, Commission royale des Monuments et Sites, Bruxelles, 1987.

Arbres remarquables à proximité