Typologie(s)

maison et atelier d’artiste
maison bourgeoise

Intervenant(s)

Ernest DELUNEarchitecte1899

Constantin-Émile MEUNIERsculpteur

Statut juridique

Classé depuis le 16 octobre 1997

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Folklorique
  • Historique

Recherches et rédaction

2005-2007

id

Urban : 16333
voir plus

Description

Située au sein d'une enfilade d'immeubles homogène, allant du no 49 au no 63, maison de style éclectique, avec atelier d'artiste, conçue à la demande du peintre et sculpteur Constantin Meunier (1831-1905) par l'architecte Ernest Delune, 1899.

C. Meunier vécut dans l'immeuble jusqu'à la fin de sa vie, en 1905. Acheté par l'État en 1930 et devenu musée en 1938, ce bâtiment est rattaché à la fin des années 1970 aux Musées royaux des Beaux-ArtsStyle Beaux-Arts (de 1905 à 1930 environ). Courant architectural puisant son inspiration dans les grands styles français du XVIIIe siècle. Riche et ornementé, il se caractérise souvent par des élévations en (simili-)pierre blanche et/ou brique orangée ainsi que par l’usage du fer forgé pour les garde-corps et la porte.. Sous leur égide, il fait l'objet en 1986 d'un réaménagement muséologique. À l'heure actuelle, la maison et l'atelier renferment un grand nombre de peintures, dessins, pastels et sculptures en plâtre et en bronze réalisés par l'artiste.

La maison présente une élévation de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé., en briques rouges rehaussées d'éléments de pierre bleue. En travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. et le rez-de-chaussée sont traités en retrait, de manière à former un porche dans-œuvre abritant un escalier droit, dont le palier couvre une partie du garage.
Travée principale rehaussée d'une logette de plan trapézoïdal sur aisseliersEn menuiserie, pièce de bois disposée de biais, portant le débordant d’un toit ou d’un auvent. En charpenterie, lien disposé en oblique, soulageant une pièce horizontale et portant sur une pièce verticale., aujourd'hui en PVC, dont la toiture sert d'assiseRang d’éléments de même hauteur posés de niveau dans une maçonnerie. L’assise désigne également la plate-forme d’un balcon ou d'une logette, portée d’ordinaire par des consoles et sur laquelle repose le garde-corps. à une terrasse à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage., précédant un tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste.. Au dernier niveau, travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée marquée d'une petite logette de plan triangulaire sur aisseliersEn menuiserie, pièce de bois disposée de biais, portant le débordant d’un toit ou d’un auvent. En charpenterie, lien disposé en oblique, soulageant une pièce horizontale et portant sur une pièce verticale., également remplacée en PVC. Au rez-de-chaussée, allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. ornée d'une réplique d'un fragment du relief de l'Industrie réalisé par C. Meunier pour le Monument au Travail, une des œuvres majeures de l'artiste. LucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. ajoutées ultérieurement.

Rue de l’Abbaye 59, Musée Constantin Meunier, bas-relief intitulé L’Industrie (photo 2006).

À l'intérieur, on retrouve le plan caractéristique de la maison bourgeoise du début du XXe siècle à savoir une enfilade de trois pièces longées par la cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier..

Atelier d'artiste situé en fond de parcelle, relié à la maison par une galerie construite en 1902 à la demande de C. Meunier, et longée d'un petit jardin architecturé. Précédé d'une petite pièce sous toiture en bâtièreToit à deux versants., l'atelier est une pièce de plan trapézoïdal, éclairée par une verrière latérale se prolongeant sur le versant de la toiture couverte de tuiles. Les grands aisseliersEn menuiserie, pièce de bois disposée de biais, portant le débordant d’un toit ou d’un auvent. En charpenterie, lien disposé en oblique, soulageant une pièce horizontale et portant sur une pièce verticale. de la charpente sont apparents à l'intérieur de l'atelier.

Classement 16.10.1997

Sources

Archives
ACI/Urb. 1-59.

Ouvrages
CHRISTOPHE, L., Musée Constantin Meunier, Bruxelles, s.d.
MEUNIER, C., Musée communal d'Ixelles (catalogue), Bruxelles, 1921.
Monument et sites protégés, Mardaga, Région de Bruxelles-Capitale,1999, p. 123.
Musée Constantin Meunier : catalogue sommaire, Impr. Monnom, Bruxelles, 1939.
VAN SANTVOORT, L., Het 19de-eeuwse kunstenaarsatelier in Brussel (thèse de doctorat en histoire de l'art et archéologie), VUB, Bruxelles, 1995-1996.

Périodiques
BAUDSON, P., « La collection du Musée Constantin Meunier : approche de trois modes d'expression d'un artiste », Bulletin des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, 1-3, 1985-1988, pp. 295-312.
BELMANS, J., « Le musée Constantin Meunier », Brabant Toerisme, 5, 1981, pp. 2-9.