Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaireCette artère pentue, qui débute chaussée de Wavre et aboutit rue du Germoir, est en grande partie située sur le territoire d'Etterbeek. Seul le côté impair (nos63 à 157) menant aux rues du Brochet, du Château et du Vivier se situe sur celui d'Ixelles.

Le bas de la rue, aménagé à la fin des années 1870 en même temps que la prolongation de la rue de l'Orient jusqu'à l'avenue J. Malou, faisait à l'origine partie du Verlorenhoekpad (sentier du Coin perdu), tout comme la première partie de la rue de Haerne. En 1890, elle est prolongée jusqu'à la rue du Brochet dans le cadre du plan d'ensemble du quartier. Ce n'est que treize ans plus tard qu'elle est prolongée jusqu'à hauteur du croisement avec la rue du Germoir, l'avenue Nouvelle, l'avenue Victor Jacobs et la rue Philippe Baucq en vertu de l'arrêté royal du 14.03.1903. Sa dernière et plus grande partie est ouverte en 1908, mais compte néanmoins une dizaine de maisons datant de 1906.

La rue est dénommée en l'honneur de l'homme politique belge Barthélémy de Theux de Meylandt (Saint-Trond, 1794–Heusden, 1874), qui était membre du Congrès National et fut trois fois premier ministre.

Le bâti situé sur le territoire d'Ixelles se compose principalement de maisons bourgeoises de style éclectique de composition asymétrique, construites au tournant du XXe siècle (voir nos87 à 99 et nos125 à 143). Parmi elles, on dénombre plusieurs maisons de l'architecte Georges Thoelen, dont les nos69 (une maison ouvrière de 1901), 73 et 79 (voir ces numéros). L'Art Déco y est aussi présent à proximité du croisement avec la rue du Château (voir par exemple la façade du no109 avec sa maçonnerie décorative, conçue en 1931 par l'architecte Joseph Legraive fils). Au-delà de la rue du Château, la rue se termine sur une enfilade de belles maisons de style éclectique (voir nos125 à 143).

Sources

Archives
ACI/TP Historique des rues (1925).
ACI/TP 96.
ACI/Urb. 69: 96-69; 109: 96-109.