Cette rue débute chaussée de Wavre et aboutit rue Gray. Son point culminant se situe à hauteur de son croisement avec la rue du Sceptre.

L'artère figure déjà, à l'état embryonnaire, sur le plan de P.C. Popp (ca 1860). En 1876, elle est ouverte jusqu'à la rue du Sceptre (LE ROY, 1885, p. 221). Quatorze ans plus tard, elle est à la fois prolongée jusqu'à la rue Gray, au même titre que la rue du Sceptre, et élargie par l'arrêté royal du 08.12.1890.

Son nom évoque le lieu-dit Wayenbergh, situé à proximité.

Les plus anciennes demandes de permis de bâtir conservées datent de 1863. Une grande partie du bâti actuel date des années 1890-1910. Il est essentiellement constitué de maisons bourgeoises de gabarit modeste, de style éclectique et composition asymétrique. Aujourd'hui, ce bâti est en partie altéré par les transformations subies au fil des années (nouveaux parements, exhaussements, modification des baies, etc.). La deuxième partie de la rue est marquée par la présence de nombreuses maisons ouvrières de style éclectique, comme les nos53, 57 et 59 datant de 1900 et les nos67 et 69 de 1901 (toutes les cinq conçues par l'architecte Henri Caron-Debecker) ou, du côté opposé, les nos64 à 72 datant de la même époque.
Au début de la rue se dresse le bâtiment de l'ancien centre de soins palliatifs L'Œuvre du Calvaire conçu par l'architecte Georges Pepermans, 1958-1965 (no9; voir également chaussée de Wavre n°249). Dans les années 2003-2004, ce bâtiment à l'origine de style moderniste a été considérablement transformé et agrandi. Depuis, il héberge la crèche du Parlement européen. Le no41 abrite le dépôt des transports publics communaux (architecte Alphonse Boelens, 1932) derrière lequel se dresse l'ancienne centrale électrique (voir rue Vandenbroeck nos56, 58).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACI/TP Historique des rues (1925).
ACI/TP 318.
ACI/Urb. 9: 318-9; 53: 318-53; 57: 318-57; 59: 318-59; 64: 318-64; 66: 318-66; 67: 318-67; 68: 318-68; 69: 318-69; 72: 318-72.

Ouvrages
No43: Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles. Ixelles, AAM, Bruxelles, 1980-82, fiche 40.
LE ROY, P., Monographie de la commune d'Ixelles, Imprimerie Générale, Bruxelles, 1885.

Périodiques
9: «L'Institut Albert Ier, à Bruxelles, Architecte: Georges Pepermans, Collab.: E. Van Loven, arch.», La Maison, 8, 1961, pp. 254-257.
«Unité de soins, G. Pepermans, architecte, E. Van Loven collaborateur, M. Delens, entreprise générale», Habitat, 5/10, 1961, XXIe volume, pp. 34-35.

Cartes / plans
POPP, P. C., Atlas cadastral de Belgique, Plan parcellaire de la commune d'Ixelles avec les mutations, Bruxelles, 1860.