Typologie(s)

villa à trois façades

Intervenant(s)

INCONNU - ONBEKEND1900-1905

Pierre SERMEUSarchitecte1929

Styles

Éclectisme
Néo-Renaissance flamande

Inventaire(s)

  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 29305
voir plus

Description

Ensemble de deux villas jumelées disposées en miroir, de style éclectique teinté d’éléments néo-Renaissance flamandeLe style Renaissance flamande (XVIe s.) mêle des éléments inspirés de la Renaissance italienne à l’héritage architectural médiéval local. Le style néo-Renaissance flamande (de 1860 à 1914 environ) cherche à ressusciter cette architecture, à la faveur de l’émergence du nationalisme belge. Il se caractérise par des élévations en briques et pierres et des formes caractéristiques (pignons, tourelles, logettes)., conçues vers 1905 pour un seul et même commanditaire.

Elles font partie du premier bâti de l’avenue, tout comme le no114 probablement conçu par le même architecte à la même époque.

Élévations de deux niveaux. Façades en briques rehaussées d’éléments en pierre blanche, sur des sous-sols en moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie.. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à gradins (no103) ou à rampants droits terminés par un amortissement rectangulaire (no105), devancées d’une logette de plan trapézoïdal tantôt au rez-de-chaussée (no103), tantôt au premier étage (no105). PignonsPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. éclairés par une fenêtre inscrite dans une niche à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à encadrement harpé et travées latérales en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. à angles également harpés. Sur les côtés, portes d’entrée précédées d’un escalieret un palier ceint d’une balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. en rocaille sous auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine., architecte Pierre Sermeus, 1929. Les garages en sous-sol datent également de 1929 et sont du même architecte.

Sources

Archives
ACF/Urb. 10236 (1929), 20621 (
?), 22511 (1999), 23512 (2005).

Arbres remarquables à proximité