Typologie(s)

établissement scolaire
chapelle

Intervenant(s)

Hubert MARCQarchitecte1901

Statut juridique

Inscrit sur la liste de sauvegarde depuis le 15 janvier 1998

Styles

Néogothique

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Etterbeek (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 15564
voir plus

Description

École fondée en 1892 par « les Frères de Notre-Dame de la Miséricorde », à la demande du curé de la paroisse Sainte-Gertrude. À l'origine, hébergée dans un immeuble situé r. Général Leman, no 64, act. « Institut de l'Enfant Jésus ». En 1894, l'école est déménagée ch. de Wavre, no 344 avant de s'installer définitivement en 1903 av. des Nerviens.


Bâtiment act. de style néogothiqueLe style néogothique (à partir de 1860 environ) est une tendance architecturale mettant à l’honneur les formes ogivales et verticales issues du moyen-âge gothique. Le style néo-Tudor s’inspire plus particulièrement du style gothique teinté de Renaissance qui fleurit en Angleterre sous le règne des Tudors., à l'origine de trois niveaux et quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., les deux axiales s'élevant en grande lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. sous pignon à gradinsPignon dont les rampants sont étagés en escalier, à la manière de gradins. éclairée de trois baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. jumelées couronnées d'une statue dans une niche, construite selon une demande de permis de bâtir de 1901, sur les plans de l'arch. Hubert MARCQ.
En 1925, construction d'une annexe d'un niveau et de six travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. act. transformées, d'après les plans de l'arch. Edmond SERNEELS. Plusieurs transformations et remaniements au cours des années : en 1955 et 1956, baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. du 3e étage et lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. latérales transformées en un quatrième niveau, construction d'un passage couvert ; en 1957, remplacement du préau néogothiqueLe style néogothique (à partir de 1860 environ) est une tendance architecturale mettant à l’honneur les formes ogivales et verticales issues du moyen-âge gothique. Le style néo-Tudor s’inspire plus particulièrement du style gothique teinté de Renaissance qui fleurit en Angleterre sous le règne des Tudors. ; en 1958, 1964 et 1972, construction de nouveaux bâtiments ; en 1980, transformation de la chapelle moderne en salle de sports et restauration de la chapelle néogothiqueLe style néogothique (à partir de 1860 environ) est une tendance architecturale mettant à l’honneur les formes ogivales et verticales issues du moyen-âge gothique. Le style néo-Tudor s’inspire plus particulièrement du style gothique teinté de Renaissance qui fleurit en Angleterre sous le règne des Tudors. ; en 1985, restauration des façades.

Institut Saint-Stanislas, la chapelle, s.d. (Collection cartes postales Dexia Banque).

Act., immeuble de quatre niveaux et quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. aux trois 1ers niveaux, cinq au dern. étage, les travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiales surmontées d'un pignon à gradinsPignon dont les rampants sont étagés en escalier, à la manière de gradins. couronné de pinaclesAmortissement élancé de plan carré ou polygonal.. Façade en briques rouges sur soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre bleue, rythmée horizontalement par les registresAlignement horizontal de baies sur un pignon. des fenêtres et les appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. continus. Encadrements, piédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. chaînés, clefsClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel., linteauxÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie., appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas., pinaclesAmortissement élancé de plan carré ou polygonal. et corbeauxPièce de pierre ou de bois partiellement engagée dans un mur et portant une charge. Le corbeau se distingue de la console par sa petite taille, il porte généralement un élément en faible saillie. D’autre part, sa section verticale est sensiblement carrée ou rectangulaire. en pierre bleue. Au r.d.ch., trois fenêtres à croiséeBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit. sous arc de déchargeArc noyé dans un mur plein, qui surmonte généralement un linteau ou un autre couvrement et sert à le soulager., couronnées d'un panneau en pierre bleue reposant sur des consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console., portant l'inscription « INSTITUT ST STANISLAS » ; large porte cochère à jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. à g. Aux étages, fenêtres de hauteur dégressive dont celles des 2e et 3e niveaux inscrites sous arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale., tympansEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. à réseau de briques, friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. d'arceaux sur corbeauxPièce de pierre ou de bois partiellement engagée dans un mur et portant une charge. Le corbeau se distingue de la console par sa petite taille, il porte généralement un élément en faible saillie. D’autre part, sa section verticale est sensiblement carrée ou rectangulaire. couronnante. Au 4e niveau, trois baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. jumelées cintrées et inscrites, statue dans une niche couronnante, le tout pris dans un arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en accoladeUn élément est dit en accolade lorsque son tracé se compose de deux courbes en doucine se rejoignant selon une pointe. entre deux pinaclesAmortissement élancé de plan carré ou polygonal. monumentaux ; baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. latérales sous arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale.. Vitraux à petits-bois.

Sources

Archives
ACEtt/TP 12799 (1901), 7587 (1925), 1639 (1955), 2609 (1956).

Ouvrages
DE PAUW, L.-F., La vallée du Maelbeek avec monographie d'Etterbeek, Hayez, Bruxelles, 1914, pp. 77, 109.
Institut Saint Stanislas. Un siècle d'existence 1892-1992.
JURION-DE WAHA, F., La mémoire des pierres : découvrez l'architecture scolaire à Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, Bruxelles, 1987, pp. 42-44.