Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Alfred KNEINarchitecte1924

Styles

Beaux-Arts

Inventaire(s)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 13732
voir plus

Description

Ensemble de deux maisons semblables de style Beaux-ArtsStyle Beaux-Arts (de 1905 à 1930 environ). Courant architectural puisant son inspiration dans les grands styles français du XVIIIe siècle. Riche et ornementé, il se caractérise souvent par des élévations en (simili-)pierre blanche et/ou brique orangée ainsi que par l’usage du fer forgé pour les garde-corps et la porte. construites d'après une demande de permis de bâtir de 1924 selon les plans de l'arch. Alfred KNEIN comme l'indique sa signature au no 16.

Façades en briques rouges, partiellement traitées à refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages., et simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. blanche, de quatre niveaux et trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sur soubassementsPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre bleue (au no 14, un 5e niveau est ajouté sous toiture en terrasse en 1970). Deux grandes ouvertures en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. dont une porte cochère grillée, séparées par un oculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale. au r.d.ch. du no 14 ; deux fenêtres et la porte en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale., aux encadrements plats au no 16. Fenêtres chantournées à tous les étages, dont certaines percées dans un bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. aux 2e et 3e niveaux du no 14 et au 2e niveau du no 16. Ceux-ci sont surmontés d'un balcon aménagé devant une porte-fenêtre encadrée de deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement.. Beaux garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse, une porte-fenêtre, une gaine d'ascenseur... en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. ClefClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel. sculptée à chaque ouverture. Corniche de bois d'origine sur deux paires de consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. et sur denticules au no 16 où une lucarne rampanteUne lucarne est dite rampante lorsqu'elle est couverte par un appentis incliné dans le même sens que le versant du toit. à frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. cintré éclaire les comblesEspace intérieur de la toiture. aménagés dans la bâtièreToit à deux versants..

Sources

Archives

ACEtt./TP 4445 (1924), Reg. d'entrée 2379 (1970).