Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaireDe la place du Jardin aux Fleurs à la rue de la Poudrière, artère rectiligne menant à la Porte de Ninove.

Créée en 1804, en même temps que la rue de la Senne, sur les terrains de l’ancien couvent des Chartreux, limités par la rue Notre-Dame du Sommeil, la Petite Senne ou Senne de Ransfort et les remparts du XIVe siècle.

Fondation du couvent des Chartreux de Scheut au lieu-dit « Treeft» près du «Driesmolen» en 1588-1590; construction de la chapelle et du couvent à partir de 1591, de l’église en 1594-1607; reconstruction partielle en style classique en 1766-1772; désaffectation en 1783. Alors transformé en fabrique de coton, couvent acquis par un particulier en 1788 dans le but de lotir, dont le projet date de 1792. Différé en raison des événements politiques, le lotissement, mis en vente en 1804, répartit les terrains en 46 lots bordant la rue des Fabriques et la partie nord de la rue de la Senne jusqu’à la Senne de Ransfort, dont les tracés rectangulaires se croisent à angle droit. Église conventuelle démolie en 1820 pour la prolongation de la rue du Rempart des Moines.

Pendant longtemps non pavée, entièrement construite seulement après l’ouverture de la porte de Ninove en 1816, la rue doit son nom à l’établissement d’industries le long du côté sud, vers les berges de la Senne. Bordée encore aujourd’hui de maisons de maître et d’habitations bourgeoises souvent jumelées, des années 1820 et 1830, dont certaines enrichies de stuc, cimentées ou revêtues de briques comme les nos 37 (1836), 39, 54 avec entrée cochère à pilastres et entablement, 65 et 67, elle compte aussi des façades de même type, mais plus richement traitées, des années 1870, formant ponctuellement de nouveaux alignements en retrait du côté nord, comme le no 53-57 (1875) dont la grille en fer typique ferme l’accès vers les ateliers à l’arrière. L’entrée de la rue (n° 1A-B) est occupée par un vaste immeuble en style Art nouveau groupant commerces, locaux industriels et appartements (voir place du Jardin aux Fleurs, nos 5-6) ; plus loin, au n° 29, importante cité ouvrière (voir rue de la Senne, nos 2-28).

Sources

Archives
AVB/TP 26109 (1804), 11022 (1836), 11036 (1875).
AVB/PP 10-22 et 1903.