Typologie(s)

hôtel

Intervenant(s)

H. VAN DIEVOET1908-1909

Statut juridique

Classé depuis le 21 septembre 2000

Styles

Beaux-Arts

Inventaire(s)

  • Inventaire du patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Pentagone (1989-1993)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 30553
voir plus

Description

Prestigieux hôtel dessiné en style Beaux-Arts par l’architecte H. Van Dievoet en 1908-1909. Construit par la famille Devillers-Mengelle à la place de I’« Hôtel Mengelle », vaste complexe néoclassique conçu dans le deuxième quart du XIXe siècle par l’architecte T.-F. Suys. Pose de la première pierre en 1909, ouverture en 1910 pour l’Exposition universelle. Un des trois hôtels les plus renommés de Bruxelles à la « Belle Époque» — avec le « Grand Hôtel » du boulevard Anspach, actuellement détruit et I’« Hôtel Métropole» de la place De Brouckère — et qui appartient à la catégorie des grands hôtels européens.
Imposant bâtiment de plan rectangulaire avec vide central formant puits de lumière. Cinq niveaux sous toit mansardé. À l’origine, 108 chambres ou suites aux étages et salles communes autour du hall central au rez-de-chaussée.

Façade monumentale de onze travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. avec parementRevêtement de la face extérieure d’un mur. de pierre blanche et de pierre bleue et toiture d’ardoises. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. symétrique rythmée dans l’axe et aux extrémités par un ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. avec tripletsGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste., balcons et fronton courbe portant un cartoucheDécor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale.. Deux premiers niveaux largement ouverts contrastant avec l’ordonnance régulière des niveaux supérieurs. Dans le ressaut axial : entrée monumentale accostée de doubles colonnes ioniques en granit et surmontée d’un balcon à lourdes consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. et vases décoratifs; médaillonsCartouche rond ou ovale. au sommet des trumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau.; lucarne-attique décorée de guirlandes et piquée d’une sphère; inscription « HOTEL ASTORIA» au-dessus de l’entrée. Niveaux inférieurs avec montants en pierre bleue à bossages dans les ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général., montants intermédiaires en granit et linteaux métalliquesPoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée.; de part et d’autre de l’entrée : trois magasins avec entrée latérale et vitrine courbe; trois entresols vitrés avec baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. cintrée, petits-bois et feuillages en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. dans les écoinçonsEspace de mur ménagé de part et d’autre d’un arc.. Bel-étage souligné par des refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages. et une balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. continue; fenêtres surbaissées avec encadrement plat à crossettesRessauts décoratifs situés aux angles d’un élément tel qu’un encadrement. et guirlandes et, au-dessus de l’entrée, frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. axial. Aux dernier étages, fenêtres rectangulaires et trumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. colossaux; au quatrième étage : balconnet continu avec consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console., désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon. et garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. au monogramme A, linteaux rudentés; au cinquième étage, garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Entablement «classique» à ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général., avec corniche denticulée sur modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche..

Intérieur bien conservé. Au rez-de-chaussée, suite de pièces disposées en croix et séparées par de hautes portes vitrées ; riche décor monochrome néo-Louis XVI rehaussé de dorures. Porche et hall d’entrée décorés de miroirs; de part et d’autre de l’axe central, réception et vestiaire voûtés avec abside; foyer avec colonnade et, à l’origine, une coupoleVoûte de plan central. Elle peut être circulaire, ovale, polygonale, à côtes, en plein cintre, surbaissée, surhaussée, etc. à vitraux polychromes, actuellement remplacée par une verrière; au Nord, cage d’escalier monumentale avec escalier d’honneur à rampe en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux., au premier étage, arcadesBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. reliées par une galerie en vitraux disposée autour du vide; au Sud, salle à manger; fermant l’axe central, salon et théâtre avec galerie peu profonde.


Sources

Archives
AVB/TP 3899 (1908-1909); PP.1935.