Typologie(s)

hôtel particulier
atelier (artisanat)

Intervenant(s)

Jean WOUTERS-JACOBS entrepreneur1907

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 36010
voir plus

Description

Hôtel particulier de style éclectique, conçu pour l’entrepreneur Jean Wouters-Jacobs, 1907.

Élévation de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales et deux niveaux sous toiture mansardée. Façade en pierre d’Euville, rehaussée de pierre bleue. Inscription sur le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. «CARRIÈRES / JOS. RIEZ & GOUSSEZ / SOIGNIES». À gauche, porte cochère à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. et porte piétonne à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle.; agrafes à mascaronDécor sculpté figurant un visage humain ou un masque.. Balcon continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. à balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. supprimée, devançant des portes-fenêtres à clefClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel. à guirlandes. Travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. droite en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. et passant la corniche. Elle est percée d’une fenêtre à deux meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. au rez-de-chaussée, à agrafe également à mascaronDécor sculpté figurant un visage humain ou un masque.. Logette de plan trapézoïdal à allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. à balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade., montants en pilastreÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau., entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. à friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. ornée de guirlandes et têtes de lion, sous toit à trois pans. Celui-ci porte une petite terrasse à balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire.. Haute friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. d’entablement à triglyphes à coquilleOrnement symétrique figurant une coquille Saint-Jacques ou un coquillage s’en rapprochant.. Brisis marqué par une balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. d’attique. À gauche, double lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de maçonnerie à pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à chapiteauCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. ionique et frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. à décor de guirlandes, tête de lion et palmetteOrnement symétrique dont la forme est proche de celle d’une palme. La palmette est parfois composée de feuilles d’acanthe., sous amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement.. À droite, dispositif similaire, mais devançant une haute toiture à quatre pans, aujourd’hui privée de son couronnement à crêteCrête de toit. Grillage ou ornement continu en terre cuite ou en métal, qui court au faîte du toit. métallique. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. du rez-de-chaussée conservée; portes architecturées à jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. d’imposte à verre gravé d’un décor.
Éclairé par le jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. d’imposte de l’entrée cochère, entresol à usage de bureau à l’origine.

À l’arrière, contemporains de l’habitation, deux dépendances: l’une perpendiculaire à l’artère, juste derrière la maison, à usage d’écurie et de remise, l’autre parallèle à l’avenue, en fond de parcelle, à usage d’atelier de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC.. En 1909, ajout d’un atelier et d’un hangar, l’ensemble dessinant un plan en U autour d’une cour.

Sources

Archives
AVB/TP Laeken 1416 (1907), Laeken 1418 (1907), Laeken 1739 (1909).