L’avenue Édouard Kufferath relie l’avenue Houba de Strooper à l’avenue Rommelaere, croisant sur son parcours les avenues Laënnec et Jean-Baptiste Depaire.

Comme les autres rues du quartier compris entre les avenues Houba de Strooper, Rommelaere, Jean Palfyn et la frontière avec Jette, l’artère est prévue dès 1928 par l’ingénieur-architecte communal Pierre Gillet et percée en vertu de l’arrêté royal du 15.04.1931. Elle est baptisée par arrêté du Collège de la Ville de Bruxelles du 24.05.1932. À l’instar d’autres artères proches de l’hôpital Brugmann, sa dénomination rend hommage à un médecin, le gynécologue Édouard Kufferath (1863-1935), qui fut recteur de l’Université libre de Bruxelles et conseiller communal.

Dotée de zones de recul à usage de jardinets, l’avenue se bâtit de quelques habitations à la veille de la Seconde Guerre mondiale, d’inspiration Beaux-Arts, tel le no26 (architecte Raymond d’Helft, 1937) ou Art Déco, comme le no9 (architecte François Robberechts pour son propre compte, 1939). Après-guerre, ce bâti se complète d’immeubles à appartements modernistes.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/AR rues, boite 20-24, cote 23, no9 (24.05.1933).
AVB/PP 3503 (1931).
AVB/TP 9: 51631 (1939); 26: 49081 (1937).

Ouvrages

VAN KRIEKINGE, D., Essai de toponymie laekenoise, Laeken, 1995, s.p.
VAN NIEUWENHUYSEN, P., Toponymie van Laken (thèse de doctorat en Philologie germanique), UCL, Louvain-la-Neuve, 1998, p. 764.