Typologie(s)

hôtel particulier
maison et atelier d’artiste

Intervenant(s)

Henry VAN DE VELDEarchitecte1896-1898

Statut juridique

Classé depuis le 06 mai 1984

Styles

Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Extension Sud (Apeb - 2005-2008)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2005-2006

id

Urban : 15878
voir plus

Description

À l'angle des rues de Livourne et de Florence, extraordinaire hôtel particulier, accolé, sous une même façade, rue de Livourne, à une petite habitation pour artiste. De style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., il est conçu en 1896-1898, sur les plans de l'architecte Octave Van Rysselberghe, Henry Van de Velde étant chargé de la décoration et du mobilier intérieur, à l'exception de l'escalier.

Rue de Florence 13 et rue de Livourne 48, hôtel Otlet, intérieur ([i]Architecture & Décoration[/i], 4, 1903, pl. 16).

Le financier Paul Otlet, également bibliographe, documentaliste et sociologue, en est le commanditaire. Séduit par l'aspect novateur de cette construction, celui-ci demandera à Van Rysselberghe de participer à l'élaboration d'une cité balnéaire à Westende. Classé comme monument par l'arrêté royal du 06.05.1984, l'hôtel a fait l'objet d'une importante restauration en 2001-2003.

Implanté sur un terrain rectangulaire de 19,5 m x 14 m, l'hôtel Otlet se caractérise par une remarquable unité entre sa disposition intérieure, d'une grande originalité en cette fin de siècle, et son enveloppe extérieure. Élégance et intelligence des compositions assurent à cette maison un cachet quasiment classique.

Façades. Composition complexe des façades à rue, exprimant la diversité des volumes intérieurs et leur échelonnement spatial. Sur soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre bleue, façades en pierre de Savonnières, avec rehaut de pierre d'Euville pour les éléments plus structurels (appuis, etc.). Les façades comprennent deux niveaux principaux et sont reliées entre elles, au r.d.ch., par un bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. largement ajouré et, à l'étage, par un pan coupéPan de mur situé de biais sur l’angle d’un bâtiment. faisant la liaison entre deux parties de mur aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre., ceux-ci assurant une respiration dans une composition de façade foisonnante. Les façades, sur un rythme sans cesse renouvelé, présentent des transitions souples d'un élément à l'autre. Une multitude d'éléments architecturaux saillent et rentrent, qu'ils soient implantés sur toute la hauteur ou réduits à un demi-niveau ; de gauche à droite, balcon couvert, logette rectangulaire, puis oriel triangulaire très aplati, bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. arrondi à l'angle, logette, superposition d'un porche dans-œuvre et d'une loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. et enfin bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. arrondi, à imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. dans le plan.

Rue de Florence 13 et rue de Livourne 48, hôtel Otlet. Vue depuis la rue de Florence, logette et <a href='/fr/glossary/157' class='info'>loggia<span>Petite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries.</span></a> (photo 2005).

Cette succession de formes, associée à une succession non moins savante et irrégulière des ouvertures, tente, en toute simplicité, d'exprimer à l'extérieur l'intelligence complexe du plan intérieur. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. souvent jumelées par trois et jouant de références anciennes ; croiséesBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit., meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie., traversesÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie., arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. clavé, etc. Le traitement particulièrement soigné de la pierre blanche, enveloppante, ainsi que quelques lignes horizontales continues comme le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre bleue, le cordonCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition. séparant les niveaux principaux, l'entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. garni de sgraffitesTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. et la corniche, assurent à l'ensemble sa cohérence. SgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. composé d'un motif répétitif de coquillesOrnement symétrique figurant une coquille Saint-Jacques ou un coquillage s’en rapprochant. et d'arabesquesComposition ornementale mêlant des éléments variés : végétaux, draperies, fruits, rubans, personnages, etc. enrubannées. Dix lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. prennent place en toiture, ainsi qu'une cheminée en pierre blanche ouvragée.
Châssis en chêne vernis, animés de petits-bois en brise-vue ou en imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie.. LambrequinsUne corniche est dite à lambrequin lorsqu'elle est agrémentée d’un bandeau chantourné à la manière d’un lambrequin, une bordure sinueuse d’étoffe servant à décorer une fenêtre ou un baldaquin de lit. (plus tardifs) ornant certaines fenêtres. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. du bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. de l'angle autrefois garnies de vitraux. BalustradesGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. en bois verni remplacées par des garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. dans les années 1960 : à ces balustradesGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. correspondait un claustra en bois ornant l'arcadeBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. de la porte d'entrée.

Intérieur. Vide central, véritable patio, occupé par l'escalier d'honneur, auquel se combine l'escalier en spirale dévolu aux domestiques.

Rue de Florence 13 et rue de Livourne 48, hôtel Otlet. Vide central agencé en patio et escalier d'honneur (photo Bastin & Evrard   MRBC).

L'escalier se développe sur toute la hauteur de la maison, éclairé de manière zénithale par un lanterneau et constitué de quatre volées. Toutes les pièces, ayant chacune son volume propre, s'y greffent, une ou deux par palier, dans un jeu irrégulier d'étages et de demi-niveaux. Cette disposition habile et peu commune permet de rentabiliser l'espace et de créer un cheminement souple et facile entre les niveaux.
Le r.d.ch. centralise l'alimentation – salle à manger avec petit salon, office, cuisines, salle des domestiques – et l'accueil des visiteurs – parloir, hall et vestiaire. Par quelques marches, on atteint à droite les pièces de l'intimité familiale et du travail, avec un bureau séparé par une porte coulissante du salon. Le 1er étage est celui du repos, avec trois chambres et deux salles de bain. Au dernier niveau, ouvert vers les niveaux inférieurs par un percement octogonal muni d'une balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire., chambres mansardées et terrasse incluse dans les toitures. Toutes sont munies de placard, prenant place dans la soupente du toit. Certaines d'entre elles sont plus travaillées, avec plafond voûté ou percé d'un lanterneau, et portes coulissantes.

Rue de Livourne, un atelier se trouve inclus dans la composition générale. Occupant 5,5 m de façade, il se développe sur 11 m de profondeur et sur un niveau et demi.

Rue de Florence 13 et rue de Livourne 48, hôtel Otlet. Vue depuis la rue de Livourne, de la petite habitation pour artiste accolée sous une même façade à l'hôtel particulier (photo 2005).

Il est constitué d'un vaste atelier de 4,7 m de hauteur, auquel se greffent des pièces de vie réparties en duplex. À l'origine prévu en magasin, cet espace fut transformé en cours de chantier en atelier et loué à la sculptrice autrichienne Ilse Conrat.

* Classement 06.05.1984

Sources

Archives
AVB/TP 13794 (1896-1898).
Archives de la Direction des Monuments et des Sites.
Fonds AAM, Archives Paul Otlet, hôtel rue de Livourne.

Ouvrages
BORSI, F., WIESER, H., Bruxelles capitale de l'Art Nouveau, coll. Europe 1900, trad. fr. J.-M. Van der Meerschen, Mark Vokaer éd., Bruxelles, 1992, pp. 378-388.
Bruxelles, Monuments et Sites classés, Région de Bruxelles-Capitale, Service des Monuments et Sites, Bruxelles, 1994, p. 142.
CULOT, M., VAN LOO, A. (dir.), Musée des Archives d'Architecture Moderne, AAM éditions, Bruxelles, 1986, p. 354.
DUMONT, A., « Notice sur Octave van Rysselberghe », Annuaire ARB, Académie Royale Belge, Bruxelles, 1952, pp. 147-164.
HORTA, V., Mémoires. Texte établi, annoté et introduit par Cécile Dulière, Ministère de la Communauté française de Belgique, Bruxelles, 1985, pp. 76-77.
PLOEGAERTS, L., PUTTEMANS, P., L'œuvre architecturale de Henry Van de Velde, Atelier Vockaer, Bruxelles, Presses Universitaires Laval, Québec, 1987, pp. 49-51, 67, 267, 268.
VAN SANTVOORT, L., Het 19de-eeuwse kunstenaarsatelier in Brussel (doctoraal proefschrift, sectie Kunstwetenschappen en Archeologie), Vrije Universiteit Brussel, Bruxelles, 1995-1996, corpus deel D, pp. 1-20.

Périodiques
HENVAUX, E., STEVENS, H., « Octave Van Rysselberghe (1855-1929) », A+, 16, 1975, pp. 17-55.
« Maisons, Coin rue de Livourne et Rue de Florence à Bruxelles, Octave Van Rysselberghe, architecte », Architecture &  Décoration, 4, 1903, pl. 16.
DIERKENS-AUBRY, F., « Victor Horta, architecte de monuments civils et militaires », Bulletin de la Commission Royale des Monuments et des Sites, XIII, 1986, p. 85.
Matériaux et documents d'architecture et de sculpture, 1902-1903, 1, p. 15.
MAUS, O., « L'architecture belge », Le moniteur des architectes, février 1900, pp. 14-16, pl. 10-12.