La rue du Taciturne relie la rue de la Loi au square Marie-Louise, croisant successivement la rue Joseph II et le carrefour formé par les rues Stevin et Charles Martel.

L'artère est ouverte suivant le plan d'aménagement du quartier Nord-Est, dessiné par l'architecte Gédéon Bordiau et approuvé par l'arrêté royal du 20.12.1875. Elle apparaît tracée sur le plan de Bruxelles réalisé par l'Institut cartographique militaire en 1881.


Le deuxième tronçon de l'artère est percé à travers le bâti de la fin de la rue Granvelle, une étroite artère qui longeait la partie sud-est du grand étang de Saint-Josse, réduit par Bordiau à la pièce d'eau du square Marie-Louise.

Avec les rues du Cardinal et de l'Obéissance, la rue Granvelle formait le quartier populaire du même nom, né au début du XIXe siècle. Il fut entièrement rasé dans les années 1880 pour laisser place aux rues Boduognat, Charles Martel et Saint-Quentin.

La rue du Taciturne, superposée au bâti de la rue Granvelle, détail du plan de transformation de la partie nord-est du quartier Léopold dessiné par Gédéon Bordiau, AVB/PP 957 (1879).

La rue du Taciturne porte un nom historique, tout comme la plupart des artères du quartier, baptisées en lien avec l'histoire du jeune État belge ou celle, plus ancienne, des régions dans lesquelles il se situe. Par arrêtés du Collège de la Ville de Bruxelles des 14.04 et 15.05.1877, elle est baptisée en l'honneur de Guillaume de Nassau, prince d'Orange, dit le Taciturne, qui joua un rôle majeur dans la création des Pays-Bas.

La rue est bâtie de maisons pour la plupart de style éclectique ou d'inspiration néoclassique. Hormis deux maisons, aujourd'hui démolies, conçues en 1885 et 1887 dans le premier tronçon côté impair (architectes Constant Bosmans et Henri Vandeveld), toutes les habitations de l'artère sont dessinées entre 1890 et 1900.

Plusieurs maisons de la rue présentent un caractère cossu. Parmi elles, une maison d'angle d'inspiration Renaissance italienne, par l'architecte Daniel Francken (voir no 23), une autre d'influence néoclassique, par l'architecte Émile Janlet (voir no 38) et une troisième de style éclectique, maison personnelle de l'architecte J. Caluwaers (voir no 40). La rue s'enrichit en outre de deux constructions d'inspiration Art nouveau, dues aux architectes Paul Saintenoy (voir no 34) et Victor Taelemans (voir no 49).

Rue de la Loi 170, le complexe Charlemagne (photo 2007).

Le bâti originel des deux côtés du premier tronçon de la rue a été démoli dans les années 1960 et 1970. Côté impair, se dresse le complexe Charlemagne, conçu en 1964 par l'architecte Jacques Cuisinier et rhabillé en 1998 par l'architecte Helmut Jahn (voir rue de la Loi 170). Il remplace, entre autres, un curieux bâtiment composé de trois « maisons » à rez-de-chaussée commercial (1893) ainsi que le commissariat de police de la cinquième division, conçu par l'architecte Adolphe Vanderheggen en 1884, sur une parcelle irrégulière à l'angle de la rue de la Loi. Il se substituait à des locaux devenus exigus, situés rue des Deux-Églises.

Rue du Taciturne côté impair, à l’angle de la rue de la Loi, commissariat de police de la cinquième division (Collection de Dexia Banque, s.d.).

D'inspiration Renaissance flamande, l'édifice présentait une élévation en briques et pierre. La façade principale, vers la rue du Taciturne, comptait sept travées, celle vers la rue de la Loi trois. L'architecte avait également conçu un autre projet pour le commissariat, sur une parcelle d'angle en losange, à l'emplacement des actuels nos 136 rue Joseph II et 132 rue Joseph II – 34 rue du Taciturne.

Rue du Taciturne côté impair, ensemble de trois maisons à l’angle de la rue Joseph II (démoli), architecte D. Fastré, élévations, AVB/TP 22689 (1898).

Le Charlemagne remplace également, à l'angle avec la rue Joseph II, un bel ensemble de trois maisons éclectiques, dessiné par l'architecte D. Fastré en 1898.

Rue du Taciturne, le premier tronçon côté pair avant démolition, AVB/TP 85689 (1977).

Côté pair, plusieurs projets furent dessinés vers 1966 par l'architecte Cuisinier, en vue de l'érection d'un complexe Charlemagne II. Ils ne virent cependant pas le jour. En 1977, le Ministère des Travaux publics fit démolir les maisons de l'îlot dont, rue du Taciturne no 26, l'originale maison personnelle de l'architecte D. Fastré (1896). Deux nouveaux projets d'immeubles de bureaux furent lancés, l'un en 1980 (architectes A. et J. Polak), l'autre en 1991 (architectes Polak et Jaspers). Aucun d'eux ne fut réalisé et l'îlot est aujourd'hui aménagé en parc.

Rue du Taciturne 26, maison personnelle de l’architecte D. Fastré (démolie), élévation, AVB/TP 22703 (1896).

Au no 33, une maison d'aspect éclectique, conçue en 1935, remplace un bâtiment à usage d'écurie et de remise qui dépendait du no 71 rue Stevin (1890). Au no 37-39, un immeuble conçu par l'architecte L. Neirynck (1897) présentait à l'origine une travée d'angle rehaussée d'une logette sous terrasse couverte et lucarne. Il est aujourd'hui surhaussé et privé de son décor d'origine.

Rue du Taciturne 37-39, architecte L. Neirynck, élévation d’origine, AVB/TP 8741 (1897).

Les jardins des maisons du dernier tronçon de l'artère, côté impair, donnent sur la rue Boduognat ; ils sont aujourd'hui pour la plupart dotés d'un garage. Le dernier tronçon côté pair est occupé par un ensemble de cinq maisons conçu par l'architecte Édouard Elle (voir nos 50 à 56). Suit, au no 58, un bâtiment de 1927 (architecte Albert Verbist), dépendant du no 69 square Marie-Louise (voir ce no).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP premier tronçon impair :22687 (1885), 22688 (1887), 76223 (1905-1954), 22682 (1893), 22689 (1898) ; premier tronçon pair : 22703 (1896), 77678 (1966), 85689 (1977), 93580 (1980), 94101 (1991) ; 33 : 22544 (1890), 47539 (1935) ; 37-39 : 8741 (1897) ; rue de la Loi 170 : 81664 (1964).
AVB/PP 953 (1875), 956-957 (1879).
Commissariat de police :
AVB/PP 3644-3645 (1885).
AVB/PC 8012.
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1877, t. I, p. 316 ; 1884, t. I, p. 188 ; 1883, t. I, pp. 66-67.

Périodiques
Commissariat de police
: L'Émulation, 1888, 6, col. 92, pl. 1 à 4.

Cartes / plans

Bruxelles et ses environs
, Institut cartographique militaire, 1881 (Bibliothèque royale de Belgique, Section Cartes et Plans).