La rue Ortelius est une courte artère qui prolonge à angle obtus la rue du Marteau, plus étroite, et débouche sur le square Marie-Louise. Elle est interrompue en son milieu par la rue Philippe le Bon.

L'artère est ouverte suivant le plan d'aménagement du quartier Nord-Est, dessiné par l'architecte Gédéon Bordiau et approuvé par l'arrêté royal du 20.12.1875.

Comme bon nombre d'artères du quartier, elle porte le nom d'un personnage historique. La rue rend hommage au géographe anversois du XVIe siècle, de son vrai nom Abraham Oertel ou Ortell (1527-1598). Adoptée par arrêté du Collège de la Ville de Bruxelles en date du 08.02.1878, cette dénomination remplace celle de rue Mercator, du nom du géographe contemporain d'Ortelius, arrêtée par le Collège en date des 14.04 et 15.05.1877.

Reprenant une idée déjà présente dans le plan du quartier proposé en 1870 par l'ingénieur de la Ville, le baron Théophile de Jamblinne de Meux, Bordiau envisage une prolongation en droite ligne de la rue Mercator jusqu'à l'avenue des Arts, afin de relier le quartier Nord-Est aux boulevards de ceinture.

La rue Mercator, future rue Ortelius, prolongée en pointillés jusqu’à l’avenue des Arts, détail du plan de transformation de la partie nord-est du quartier Léopold dessiné par Gédéon Bordiau, AVB/PP 956 (1879).

Cette prolongation, qui aurait constitué une percée en plein cœur d'un quartier récemment bâti, est toujours indiquée en pointillés sur le plan de Bruxelles réalisé par l'Institut cartographique militaire en 1881, mais seulement jusqu'à la rue des Deux Églises.

La rue Mercator prolongée en pointillés en direction de l’avenue des Arts, détail du plan [i]Bruxelles et ses environs[/i], réalisé par l’Institut cartographique militaire en 1881 (© Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles, , Section Cartes et Plans).

Malgré la demande, en 1899, d'un groupe d'habitants de prolonger « la rue Ortelius, pour aboutir à l'angle de la rue Joseph II et de la rue de la Charité » (Bulletin communal, 1899, t. II, p. 219), le projet ne sera jamais concrétisé. En 1942, l'idée sera reprise dans un plan général d'alignement et d'expropriation par zone, qui ne verra, lui non plus, jamais le jour.

Les maisons de la rue, de style éclectique ou d'inspiration néoclassique, sont conçues entre 1884 et 1901.

L'architecte Édouard Elle en édifie plusieurs du côté pair : les nos 2, 4, 6, 14, 22, 24 et 30 (voir ces numéros, à l'exception du no 6). Il se domicilie d'abord à ce dernier numéro, conçu en 1887, dont il agrandit le bureau en 1895 (voir no 30). Deux ans plus tard, l'architecte se dessine une nouvelle maison, au no 2, à l'angle de la rue du Marteau, sur une parcelle résiduelle de plan triangulaire (voir ce no). De l'autre côté de la rue, le no 1, situé lui aussi à l'endroit où les deux rues se raccordent, présente une façade de plan en angle obtus, aujourd'hui parementée de briquettes.

En 1901, l'architecte Victor Taelemans conçoit trois maisons à l'angle de la rue Philippe le Bon (voir no 20 et nos 46, 48, 50 rue Philippe le Bon).

Vue du square Marie-Louise vers la rue Ortelius, avec à l’avant-plan, [i]La Cigale[/i] du sculpteur Émile Namur et à l’arrière, le n[sup]o[/sup] 13 square Marie-Louise – 15-17 rue Ortelius (1888), aujourd’hui démoli (Collection de Dexia Banque, s.d.).

Aux angles du square se dressent aujourd'hui deux vastes immeubles à appartements. Le no 32 (architecte H. Coppejans, 1964) remplace une maison d'angle (1885), ainsi que la maison voisine (1887), située face au square, toutes deux conçues par l'architecte A. Bonny. L'immeuble portant les nos 13 square Marie-Louise et 15-17 rue Ortelius (architecte P. De Leener, 1950) remplace une maison conçue en 1888 sur une parcelle en L s'étendant à l'arrière de l'actuel no 9 du square, où était bâtie une écurie. Il en va de même pour le no 34 de la rue Philippe le Bon, formant l'angle avec la rue Ortelius, un immeuble à appartements conçu lui aussi par H. Coppejans, en 1961, à l'emplacement d'une belle maison à toits en pavillon (architecte Louis Derycker, 1898).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 32 : 18540 (1885), 16302 (1887), 92129 (1964) ; 13 square Marie-Louise – 15-17 rue Ortelius : 16289 (1888), 61973 (1950) ; 34 rue Philippe le Bon : 18539 (1898), 92339 (1961).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1877, t. I, p. 316 ; 1878, t. I, p. 43 ; 1899, t. II, p. 219.
AVB/PP 956-957 (1879) ; 3251 (1942).

Cartes / plans
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1881 (Bibliothèque royale de Belgique, Section Cartes et Plans).