La rue Murillo relie l'avenue de la Renaissance aux rue et place Wappers. Les rues Leys et Van Ostade la coupent perpendiculairement.

L'artère est ouverte suivant le plan d'aménagement du quartier Nord-Est, dessiné par l'architecte Gédéon Bordiau et approuvé par l'arrêté royal du 20.12.1875. Sur ce plan, la voie ne doit s'étendre qu'entre les rues Rembrandt (actuelle rue Leys) et Wappers. Ce tracé apparaît encore, en pointillés, sur le plan de Bruxelles réalisé par l'Institut Cartographique militaire en 1881.

Détail du plan de transformation de la partie nord-est du quartier Léopold, dessiné par Gédéon Bordiau. La rue Murillo devait relier la rue Rembrandt (actuelle rue Leys) à la rue Wappers. AVB/PP 956 (1879).

En séance du Conseil communal du 06.09.1890, la Ville cède à l'État les terrains lui appartenant entre les rues Léonard de Vinci et Hobbema et entre l'avenue de la Renaissance et la rue Van der Goes – située au sud de la rue du Noyer – pour l'établissement de l'École militaire et de l'École de Guerre. En 1899, le Département de la Guerre acquiert des terrains supplémentaires, situés entre les rues Van der Goes et du Noyer, ce qui entraîne la suppression de la première rue, déjà ouverte.

L'implantation du site militaire de l'avenue de la Renaissance à la rue du Noyer a pour effet d'isoler du reste du quartier Nord-Est les îlots situés entre la rue Hobbema et la frontière communale. Afin de faciliter la circulation dans la zone, la Ville décide donc de prolonger la rue Murillo vers le nord, jusqu'à la rue du Noyer, et vers le sud, jusqu'à l'avenue de la Renaissance. Pour compenser la suppression de la rue Van der Goes, le Département de Guerre consent à payer à la Ville la valeur de son assiette et de ses aménagements, ainsi que les frais de prolongement de la rue Murillo vers le nord.

Rue Murillo, plan de prolongement de la rue en 1900, AVB/TP 21815.

Le plan définitif de prolongation de l'artère est arrêté en séance du Conseil communal du 26.03.1900 et confirmé par l'arrêté royal du 04.05.1900. Son prolongement vers la rue du Noyer entraîne la création d'une place, à cheval sur la frontière communale, qui recevra le nom de place Wappers par l'arrêté du Conseil communal du 22.12.1922. Le prolongement vers l'avenue de la Renaissance, à travers un terrain appartenant à la Ville, crée du côté pair de la rue une bande à bâtir de faible profondeur. Celle-ci longe une vaste propriété acquise par les Dominicains, l'année même de l'arrêté de prolongation, en vue d'y bâtir un couvent et une église (voir rue Leys 5 et avenue de la Renaissance 40). Divisée en petites parcelles carrées, la bande résiduelle se bâtit dès 1902 d'un ensemble de sept maisons (voir nos 6 à 18). Il semble que la Ville ait voulu éviter, par ce lotissement, que le caractère architectural du complexe religieux ne s'affiche trop clairement (DELIENS, P., p. 48).

Couvent et église des Dominicains et premier tronçon de la rue Murillo (Bruxelles UrbIS ® © - Distribution : CIRB 20 avenue des Arts, 1000 Bruxelles, 2009).

À l'instar de bon nombre d'artères de la partie sud-est du quartier des Squares, la rue porte le nom d'un artiste. Adoptée par arrêtés du Collège de la Ville de Bruxelles des 14.04.1877 et 15.05.1877, sa dénomination rend hommage au peintre espagnol Bartolomé Esteban Murillo, qui vécut de 1618 à 1682.

Rue Murillo, coupe, élévation et plans de l'ancien château d'eau du quartier Nord-Est, AVB/TP 15757 (1899).

En 1880 fut bâti dans la rue, à l'arrière de l'actuel n° 32, un château d'eau servant de réservoir en cas d'incendie durant les périodes d'exposition sur le site du Cinquantenaire. Ne servant plus, il est démoli en 1899.

La rue est bâtie de maisons de style éclectique conçues entre 1899 et 1905, à l'exception de la fin de la rue côté pair, dessinée de 1906 à 1909. De nombreux ensembles composent la voie. Le plus vaste d'entre eux, comprenant dix maisons conçues en 1905 par l'architecte Evrard, occupe tout le tronçon impair compris entre les rues Leys et Van Ostade (voir nos 25 à 37).

Rue Murillo 19-21 et rue Leys 9-11, élévation d'origine, AVB/TP 13726 (1901).

À l'angle de la rue Leys, au n° 19-21, se situe une maison de rapport avec atelier de menuiserie à l'origine, conçue en 1901 par l'architecte Léon Neirynck. Les plans indiquent un oriel sous toiture en poivrière en travée biaise, probablement jamais réalisé.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 15728 (1901); 16768 (1899); 21815 (1900); château d'eau : 15757 (1899) ; 19-21 et rue Leys 9-11 : 13726 (1901).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1877, t. I, p. 316 ; 1890, t. I, pp. 620-623 ; 1899, t. I, p. 203-204, t. II, pp. 235-236 ; 1900, t. I, pp. 127-128, 212, 625.

Ouvrages
DELIENS, P., Rond-Point Schuman. Histoire du quartier Nord-Est à Bruxelles, d'Ambiorix à nos jours, Bruxelles, 1982, pp. 47-48.

Cartes / plans
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1881 (Bibliothèque royale de Belgique, Section Cartes et Plans).