Artère rectiligne reliant les avenues de la Renaissance et de Cortenberg. La rue Rembrandt y débouche côté pair.

L'artère est ouverte suivant le plan d'aménagement du quartier Nord-Est, dessiné par l'architecte Gédéon Bordiau et approuvé par l'arrêté royal du 20.12.1875. La rue devait à l'origine border trois îlots sur son côté impair. Leur tracé apparaît encore, en pointillés, sur le plan de Bruxelles réalisé par l'Institut Cartographique militaire en 1881.

Détail du plan de transformation de la partie nord-est du quartier Léopold, dessiné par Gédéon Bordiau. La rue Léonard de Vinci devait border trois îlots côté impair. AVB/PP 956 (1879).

En séance du Conseil communal du 09.1890, la Ville cède à l'État les terrains lui appartenant entre les rues Léonard de Vinci et Hobbema et entre l'avenue de la Renaissance et la rue Van der Goes, aujourd'hui disparue, pour l'établissement de l'École militaire et de l'École de Guerre. La rue Léonard de Vinci bordera désormais sur toute sa longueur le site militaire.

La rue Léonard de Vinci, depuis le n° 14, vers l'avenue de Cortenberg (Collection de Dexia Banque, s.d.).

À l'instar de bon nombre d'artères de la partie sud-est du quartier des Squares, la rue porte le nom d'un artiste. Adoptée par arrêtés du Collège de la Ville de Bruxelles des 14.04.1877 et 15.05.1877, sa dénomination rend hommage à l'artiste et homme de science de la Renaissance italienne, qui vécut de 1452 à 1519.

La rue est essentiellement bâtie de maisons de style éclectique, parfois d'inspiration néoclassique, conçues entre 1894 et 1910; la phase de construction la plus intense se situe entre 1900 et 1903. Certaines de ces habitations présentent des détails Art nouveau, comme le n° 18 ou le n° 34, conçu par l'architecte Édouard Ramaekers (voir ces numéros).

Rue Léonard de Vinci, ensemble de deux maisons conçues par l'architecte Édouard Ramaekers, aujourd'hui remplacé par le n° 107 avenue de Cortenberg, élévations, AVB/TP 13641 (1889).

Les maisons situées aux extrémités de la rue ont été remplacées par de vastes immeubles. Ainsi, l'angle de l'avenue de la Renaissance est occupé par un immeuble à appartement conçu en 1973 par les architectes Raoul J. Brunswyck et Odon Wathelet (n° 21 de l'avenue). À l'angle de l'avenue de Cortenberg se dresse un immeuble de bureaux conçu en 1983 par l'architecte François Schilling (n° 107 de l'avenue). Il remplace notamment deux maisons d'inspiration néogothique, conçues en 1899 par l'architecte Édouard Ramaekers. Long de quinze mètres, le pan coupé que forme la parcelle d'angle avait été créé en 1902 afin de dégager l'entrée du bâtiment principal de l'École d'Application, situé en face, au n° 11 de la rue.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP avenue de la Renaissance 21: 86131 (1973); avenue de Cortenberg 107: 13641 (1899); 92944 (1983).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1877, t. I, p. 316; 1890, t. I, pp. 620-623; 1902, t. I, pp. 43 et 126.

Cartes / plans

Bruxelles et ses environs
, Institut cartographique militaire, 1881 (Bibliothèque royale de Belgique, Section Cartes et Plans).