La rue Jenneval relie le square Marguerite à la rue Charles Quint, croisant en son milieu la rue des Confédérés. Les rues du Tocsin et du Beffroi y débutent.

L'artère est ouverte suivant le plan d'aménagement du quartier Nord-Est, dessiné par l'architecte Gédéon Bordiau et approuvé par l'arrêté royal du 20.12.1875. Elle apparaît tracée sur le plan de Bruxelles réalisé par l'Institut cartographique militaire en 1881.

La rue porte un nom historique, tout comme la plupart des artères du quartier, baptisées en lien avec l'histoire du jeune État belge, ou celle, plus ancienne, des régions dans lesquelles il se situe. Elle rend hommage au français Jenneval, de son vrai nom Alexandre Dechet (ou Dechez), auteur, en 1830, des paroles de La Brabançonne, l'hymne national belge. Adoptée par arrêté du Collège de la Ville de Bruxelles en date du 19.02.1878, cette dénomination remplace celle de « rue de la Muette », arrêtée en séances du Collège de la Ville de Bruxelles des 14.04 et 15.05.1877. Cette dernière renvoyait à la représentation de l'opéra La Muette de Portici, donnée le 25 août 1830 au Théâtre royal de la Monnaie à Bruxelles, qui précipita la révolte entraînant l'indépendance de la Belgique.

La rue est bâtie de maisons de style éclectique ou d'inspiration néoclassique, conçues pour la plupart entre 1896 et 1903. Certaines présentent une façade teintée d'Art nouveau (voir nos 13 et 15, 17 et 43). Le second tronçon de la rue, côté pair, est occupé par le lycée La Retraite, ancien pensionnat des Dames de la Retraite du Sacré-Cœur (voir no 70 rue des Confédérés). Aux nos 13 et 14 du square Marguerite, aux angles de la rue Jenneval, se dressent deux immeubles à appartements de respectivement 1963 et 1965. Ils remplacent des maisons conçues en 1898 et 1899. Les nos 12 à 26 forment, avec les nos 85 à 89 de la rue des Confédérés, un vaste ensemble de onze maisons, conçu pour un même propriétaire en 1898. À l'exception du bâtiment d'angle, ces habitations présentent toutes une façade de composition asymétrique de deux niveaux, certaines enduites, d'autres en briques, rehaussées de bandeaux.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 12 à 20 : 12811 (1898) ; 22 à 26 et rue des Confédérés 85 à 89 : 12812 (1898) ; square Marguerite 13 : 16064 (1898), 77335 (1963) ; square Marguerite 14 : 12796 (1898), 89082 (1965).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1877, t. I, p. 316 ; 1878, t. I, p. 119.
AVB/PP 953 (1875), 956-957 (1879).

Cartes / plans
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1881 (Bibliothèque royale de Belgique, Section Cartes et Plans).