Typologie(s)

maison bourgeoise
maison et atelier d’artiste

Intervenant(s)

Louise DE HEMpeintre

Ernest BLEROTarchitecte1905

Ernest BLEROTarchitecte1902

Statut juridique

Classé depuis le 09 octobre 1997

Styles

Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 36773
voir plus

Description

Remarquable ensemble de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. formé d’une maison bourgeoise et de l’atelier du peintre et sculptrice Louise de Hem, tous deux de l’architecte Ernest Blerot et respectivement datés de 1902 et 1905.

Pastelliste et peintre portraitiste et paysagiste très en vogue dès 1890, Louise de Hem (Ypres, 1866-Forest, 1922) fit construire son atelier en 1905 (n°17) sur la parcelle contigüe à l’habitation (n°15) dans laquelle elle s’installa peu après la mort de son beau-frère le peintre Théodore Cériez, avec qui elle partageait jusqu’alors un atelier à Ypres.

Au n°15, élévation de trois niveaux dont la composition est caractéristique du style de l’architecte. À l’instar du n°17, façade en pierre blanche et éléments de pierre bleue. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale., celles du rez-de-chaussée surmontées d’un larmierMouluration horizontale qui présente un canal creusé dans sa partie inférieure, servant à décrocher les gouttes d’eau afin d’éviter leur ruissellement sur la façade. Le larmier isolé possède un chanfrein comme moulure supérieure. Le larmier constitue l'un des éléments de la corniche. aux extrémités en «coups de fouet». Au premier étage, bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. de plan trapézoïdal décentré, sur cul-de-lampe à décor floral se prolongeant jusqu’à hauteur du soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue.; il est flanqué à gauche d’un balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. à motifs végétaux. Au dernier étage, baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. jumelées par trois surmontées d’un arc outrepasséUn arc est dit outrepassé lorsque son tracé excède le demi-cercle ou le demi-ovale. Il peut en outre s'agir d'un arc brisé dont le tracé se compose de deux courbes en forme de demi-cœur., celle de droite donnant sur un balconnet trapézoïdal à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Étages décorés de sgraffitesTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. à thème champêtre retrouvé dans les vitraux colorés qui garnissent les fenêtres. Corniche soulignée d’une friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de faïencesCéramique cuite à une température relativement basse, dissimulée sous une glaçure opaque, blanche ou colorée. La faïence est volontiers utilisée pour les décors intérieurs, car elle se conserve relativement mal à l'extérieur., similaire à celle qui souligne la corniche du n°17. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. d’origine.

Intérieur. Sont conservées de belles boiseries moulurées, certaines en «coups de fouet». Murs décorés de toiles marouflées, de cheminées en marbre, de mosaïques illustrées de motifs fleuris et de vitraux colorés.

Au n°17, atelier d’artiste comptant deux niveaux sous toiture plate. À l’instar du n°15, façade parée de pierre blanche et rehaussée d’éléments de pierre bleue. Elle est très largement percée, à chaque niveau, d’un tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. et pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. en pierre, celui du rez-de-chaussée intégrant la très haute porte piétonne. Entre les niveaux, sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. monochrome représentant la déesse des Arts rappelant la fonction de l’immeuble. Corniche soulignée d’une friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de faïencesCéramique cuite à une température relativement basse, dissimulée sous une glaçure opaque, blanche ou colorée. La faïence est volontiers utilisée pour les décors intérieurs, car elle se conserve relativement mal à l'extérieur., similaire à celle qui souligne la corniche du n°15. Toiture bordée de garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronneries enserrées dans des piles en pierre.

Intérieur. Salle d’exposition située au rez-de-chaussée, et atelier d’artiste à l’étage. Transformations intérieures en 1928 par l’artiste Victor De Groux qui l’occupe. Nouvelles transformations en 2005 (maison unifamiliale).

Classement 09.10.1997


Sources

Archives
ACF/Urb. 15: 3212, 19773, 20708 (1986), 21315 (1991); 17: 3766, 9626 (1928), 23447 (2004), 23893 (2005).

Ouvrages
DEWILDE, J., VANDENBILCKE, A., Een charmante kijk op de Belle Epoque: Louise De Hem (1866-1922), Ypres, 1992.
MOINY, A., La ferronnerie de façade d’Ernest Blerot à Bruxelles (de 1897 à 1909) et sa signification architecturale (mémoire en histoire de l’art et archéologie), UCL, Louvain-la-Neuve, 1987.
Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, dessins, modèles, Paris, 1905.

Arbres remarquables à proximité